Le parlement accuse le président de la Cour des comptes dénigrer l’image de l’ANP

L’Assemblée nationale populaire (ANP) a accusé le président de la Cour des comptes, Amadou Tidjane Baldé, de vouloir « dénigrer délibérément l’image de l’ANP », dont il ignore les objectifs et le but.

Ce lundi, le président de la Cour des comptes, Amadou Tidjane Baldé, a accusé l’Assemblée nationale populaire (ANP) d’entraver et d’empêcher un audit objectivement lancé par la Cour des comptes sur la base d’une plainte.

En réaction à cette accusation, ce mardi 30 novembre 2021, l’ANP a accusé la Cour des comptes de  » méconnaissance totale des faits ou d’un énorme déficit d’appréciation de ceux-ci, voire d’une volonté délibérée de dénigrer l’image de l’ANP, dont on ignore les objectifs et la finalité « .

L’ANP a estimé que les déclarations du président de la Cour des comptes étaient « inappropriées, déraisonnables et incongrues », affirmant que Tidjane Baldé avait menti à la vérité. Toutefois, le Parlement confirme avoir reçu une correspondance de la Cour des comptes le 2 novembre 2021, dans laquelle cet organe informe du lancement d’un audit de l’ANP et de la présentation de l’équipe respective d’auditeurs prévue pour le 5 du même mois.

 » La même correspondance a fait l’objet d’un ordre supérieur de la part de son excellence le président de l’ANP et a été envoyée au conseil d’administration pour prendre les mesures légales.

Le Conseil d’administration, à son tour, a convoqué une réunion d’urgence, après avoir délibéré pour accorder une pleine disponibilité et un soutien total aux souhaits de la Cour des comptes. Mais compte tenu du processus de changement, l’administration aura alerté sur les difficultés réelles des installations de l’ANP, ainsi que sur l’implication de ses membres et des techniciens du département administratif et financier dans le processus de préparation du budget de l’ANP. La délibération du conseil d’administration a été transmise à la Cour des comptes, par l’intermédiaire du bureau du président de l’ANP », a-t-il soutenu, soulignant que « par téléphone, il a été convenu entre le président en exercice du conseil d’administration et le coordinateur de l’équipe d’audit de tenir une réunion conformément à la note de la même Cour ».

« La réunion a eu lieu dans l’unité hôtelière où sont basés les services de l’ANP et a vu la participation de la Cour des comptes, du juge rapporteur et des auditeurs de l’équipe, et la prochaine réunion a été convenue pour le 26 de ce mois », précise le communiqué.

Le Parlement a déclaré que, dans ses relations avec les autres institutions de la République, « il a toujours été guidé sur la base du respect, de la transparence, de la collaboration, de la bienséance et de l’honnêteté », car il comprend que ce n’est qu’ainsi qu’il peut « cimenter les bases de la construction d’une véritable démocratie ».

« Il est bon de signifier que la Cour des comptes ne peut pas avoir l’intention d’imposer son agenda à l’organe de souveraineté, l’Assemblée nationale populaire, chaque institution dans le développement de ses activités, a son propre agenda et ce n’est que dans un cadre de concertation qu’il peut être ajusté », a-t-il rappelé, conseillant à la Cour des comptes d’être plus prudente dans la prise de certaines positions publiques afin de ne pas confondre sa position avec l’agenda des autres et surtout d’éviter le lynchage de personnage sur la place publique.

Enfin, l’ANP a réaffirmé une fois de plus sa pleine volonté de continuer à collaborer avec les autres institutions de la République, en particulier avec celles qui lui sont directement liées dans l’exercice de ses compétences constitutionnelles.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *