UN AVION SUSPECT: LE DÉPUTÉ JOSÉ CARLOS MACEDO DÉNONCE AVOIR ÉTÉ LA CIBLE DE MENACES ALLÉGUÉES PAR DES  » HAUTS DIRIGEANTS  » DU PAYS.

Le président de la Commission spécialisée pour le domaine de la défense et de la sécurité de l’Assemblée nationale populaire (ANP), José Carlos Macedo Monteiro, a révélé qu’il est la cible de menaces, pour avoir dénoncé lors de la séance du mardi 9 novembre 2021, que l’Airbus-A340 retenu, à l’aéroport de Bissau, a atterri à la demande du chef de la Présidence de la République.

« Si quelqu’un me disait hier que je serais (vivant), ici et aujourd’hui, je lui dirais qu’il ment. Les menaces étaient fortes hier et il était clair pour moi que je pouvais être arrêté ou tué à tout moment », a-t-il dénoncé.

Face à ces menaces, le député de la branche parlementaire du Mouvement pour le changement démocratique (MADEM G-15) s’est dit prêt à céder son poste de président de la Commission spécialisée pour la défense et la sécurité, si les travaux de la Commission gênent certaines personnes.

Le député n’a pas dit qui a proféré les menaces, mais a fait savoir qu’elles proviendraient de « hauts autorités » du pays.

« Je n’ai pas fait de travail isolé et toutes les informations contenues dans le rapport ont été rendues publiques lors de la session de l’ANP », a-t-il dit, précisant que la commission n’a commencé à travailler qu’après que l’affaire ait été dénoncée au sein de l’ANP et ait reçu des directives, à travers un document du président du Parlement autorisant son intervention.

« Le document qui a autorisé la commission à commencer ses travaux a été signé par le directeur du bureau du président de l’ANP », a déclaré José Macedo.

Selon Monteiro, le document du bureau de la présidence de la République aurait justifié que l’avion vienne dans le pays pour être entretenu.

« Après que ces trois personnes soient descendues de l’avion, selon l’explication de l’APC, le mécanicien a complètement immobilisé l’avion et elles ont été emmenées dans un endroit incertain », a-t-il expliqué.

Suite aux enquêtes lancées par la commission pour connaître l’origine de la demande d’atterrissage de l’Airbus à Bissau, les ministres d’Etat et de l’Intérieur et des Transports et Télécommunications, respectivement Botche Candé et Augusto Gomes, ont été entendus aujourd’hui, 11 novembre 2021, par les membres de la Commission spécialisée « Défense et Sécurité ».

L’avion en provenance de Gambie avait trois personnes à bord : un pilote, un copilote et un mécanicien.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *