Le leader du PAIGC espère que le nouveau président du Cap-Vert pourra aider la Guinée-Bissau à se réunifier et à créer un consensus

Le leader du PAIGC, Domingos Simões Pereira, a déclaré qu’il espérait que le nouveau président de la République serait capable de reconnaître une identité africaine au Cap-Vert et, sur cette base, une fraternité pour aider la Guinée-Bissau à se retrouver.

Le leader du Parti Africain pour l’Indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC) s’est exprimé sur le journal Inforpress du Cap-Vert après l’investiture de José Maria Neves comme cinquième Président de la République du Cap-Vert.

Selon Domingos Simões Pereira, l’élection de José Maria Neves est un « vote de certitude » de la part des Capverdiens, car il considère qu’il s’agit de « quelqu’un qui a fait ses preuves, qui a une vie d’expérience dans différents domaines de compétence », dans lesquels les chances que quelque chose d’étrange se produise sont minimes.

« J’espère que ce que nous connaissons de José Maria Neves, à savoir la capacité d’unir, la capacité de reconnaître une identité africaine au Cap-Vert et, sur cette base, une fraternité avec la Guinée-Bissau, aidera le pays qui traverse actuellement les moments les plus difficiles à trouver et à créer le consensus possible pour s’en sortir », a-t-il déclaré.

D’autre part, il a estimé que l’ensemble de la cérémonie était d’une « grande élévation, d’un grand sens de la démocratie et d’un souci de tous les acteurs de convoquer la nation capverdienne à un moment de communion et de placer le Cap-Vert au sommet de ses priorités ».

« Mais surtout, dans le sens de rassurer les institutions et de montrer qu’elles ont surmonté une période électorale tendue et que le moment est venu de panser les plaies et de se tourner vers l’avenir et de donner confiance aux Capverdiens », a-t-il souligné.

José Maria Neves, 61 ans, a été élu président de la République au premier tour des élections présidentielles, qui se sont tenues le 17 octobre, avec 95 974 voix, soit 51,75 % du total des voix.

L’ancien premier ministre (2001-2016) devient ainsi le cinquième président de la République du Cap-Vert après Aristides Pereira (1975-1991), António Mascarenhas Monteiro (1991-2001), Pedro Pires (2001-2011) et Jorge Carlos Fonseca (2011-2021).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *