CIPRIANO CASSAMÁ »LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE A ACCEPTÉ QUE LA RÉVISION DE LA CONSTITUTION REVIENT À L’ANP »

Le président de l’Assemblée nationale populaire, Cipriano Cassamá, a déclaré que le président de la République, Umaro Sissoco Embaló, a accepté que la révision de la Constitution de la République incombe au Parlement.

S’adressant aux journalistes, Cipriano Cassamá a déclaré que les autorités doivent avancer dans cette direction car le pays a besoin de cordialité et de concorde nationale.

« Je ne vais pas m’avancer davantage, car il est clair que cette question est de la compétence exclusive de l’Assemblée nationale populaire (ANP). Il [le Président de la République] était d’accord, mais ce n’était pas le sujet de discussion de notre réunion. Nous devons aller de l’avant car le pays a besoin de cordialité et de concorde nationale », a-t-il déclaré.

Cipriano Cassamá a fait cette déclaration à la sortie de la réunion avec le chef de l’Etat ce lundi 8 novembre 2021. M. Cassamá a déclaré avoir été invité par le chef de l’État, lui-même et son vice-président, Adja Satu Camará, pour une réunion d’information et pour analyser les affaires du pays.

Interrogé pour savoir si la dissolution du Parlement a fait l’objet d’une analyse lors de la réunion avec Umaro Sissoco Embaló, Cipriano Cassamá n’a fait aucun commentaire.

Le président de l’ANP a assuré que la rencontre s’est déroulée dans un climat de confiance et de collaboration entre les deux personnalités politiques du pays.

« Nous avons informé le chef de l’État de l’ordre du jour du Parlement et de mon voyage au Portugal en tant que président de l’Assemblée parlementaire de la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP). De la part du président Umaro Sissoco Embaló, nous avons reçu des informations concernant son voyage, peut-être même aujourd’hui, au Cap-Vert pour assister à la cérémonie de prestation de serment du président élu José Maria Neves et, après le Cap-Vert, peut-être en France pour assister à une conférence à l’invitation du président français, Emmanuel Macron », a-t-il déclaré.

Le président de l’ANP a souligné que le Parlement était disposé à respecter tout ce qui est prévu par la Constitution de la République afin que le pays puisse aller de l’avant.

Cassamá a affirmé qu’il n’y avait pas de difficultés dans les relations avec le Président de la République, et a assuré que dorénavant les deux auront des rencontres fréquentes, et que tous les quinze jours Umaro Sissoco Embaló et Cipriano Cassamá se rencontreront pour analyser les problèmes de la Guinée-Bissau et les agendas des deux organes souverains.

Le chef de l’État a également rencontré le vice-premier ministre, M. Soares Sambú, mais il n’a pas fait de déclaration à la presse à l’issue de la réunion.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *