Le chef d’état-major de l’armée dénonce la mobilisation des militaires pour un coup d’état

Le chef d’état-major général des forces armées de Guinée-Bissau, le général Biague Na N’Tan, a dénoncé ce jeudi 14 octobre 2021, les tentatives de mobilisation de militants pour renverser l’ordre constitutionnel.

« Je veux vous demander, vous de la police militaire, de ne pas vous aligner sur les personnes qui mobilisent les militaires dans les casernes. Tout se sait de nos jours. Tous les jeunes mobilisés ont rendu compte à leurs supérieurs. Votre avenir ne vaut pas les dix mille francs CFA que vous offrez aux soldats pour ouvrir un compte bancaire ; cela ne résoudra pas vos problèmes ni ceux de vos familles », a-t-il averti.

Biague Na N’Tan s’exprimait lors d’une cérémonie commémorant la journée de la police militaire (PM) en Guinée-Bissau, qui a lieu le 14 octobre. Le bataillon de la PM est composé de dizaines d’officiers qui dépendent directement de la division des opérations et de la formation de l’état-major des forces armées.

Face à cette dénonciation, le chef d’état-major général des forces armées a appelé les militaires à ne pas s’aligner sur les personnes qui veulent déstabiliser la Guinée-Bissau, les exhortant à emprunter le chemin de la paix.

« Je tiens à vous assurer que les forces armées se sont déjà retirées de la politique et que vous ne devriez pas vous impliquer dans la politique non plus. Abandonnez la politique camarades… tous les militaires qui essaient de vous mobiliser sont identifiés, mais je veux leur demander d’arrêter, parce que ceux qui seront lésés, c’est nous, les militaires qui, dans ces situations, sont détenus et subissent des réductions de salaire et sont laissés à la mendicité, mais le politicien est à l’aise », a-t-il averti.

« Nous devons suivre cette dynamique de paix et de stabilité, car sans la paix, nous ne pouvons rien faire, et il n’y aura pas non plus de forts investissements du secteur privé dans notre pays », a-t-il déclaré.

Biaguê Na Ntan a souligné qu’aujourd’hui, les militaires ont la possibilité de s’entraîner en Russie, au Sénégal et dans d’autres pays.

Le chef de l’armée bissauguinéenne a révélé qu’il avait reçu une lettre de l’ambassadeur du Sénégal en Guinée-Bissau pour former les militaires bissauguinéens à la langue française à Dakar.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *