LE PRÉSIDENT GARANTIT UN APPUI AU SECTEUR PRIVÉ DE LA COMMUNAUTÉ POUR LA MISE EN ŒUVRE DE L’ORDRE COMMERCIAL EN ZONE UEMOA

Le Président de la République, Umaro Sissoco Embaló, a déclaré aujourd’hui qu’il apportera tout son soutien à la mise en œuvre d’un ordre économique et commercial approprié dans la zone de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA).

Dans sa communication, il exhorte l’État à agir en tant que régulateur avisé et à s’engager dans la promotion de conditions favorables à l’investissement économique et à la création d’un bon environnement juridique, fiscal et commercial.

Le chef de l’Etat  s’exprimait lors de la cérémonie d’ouverture de la deuxième réunion ordinaire du Bureau de la Chambre consulaire régionale de l’UEMOA, qui se tient du 29 au 30 du mois en cours dans l’un des hôtels de la capitale Bissau.

La Chambre Consulaire Régionale de l’UEMOA (CCR-UEMOA) est un organe consultatif de l’union, dont la mission principale est de créer les conditions d’une implication effective du secteur privé communautaire dans le processus d’intégration régionale.

Le CCR-UEMOA a demandé au Président Umaro Sissoco Embaló d’être le messager et le porte-parole de l’organisation auprès de ses pairs de l’UEMOA. La CCR-UEMOA a honoré le chef d’Etat guinéen de l’ordre honorifique de l’institution pour son engagement et son soutien au secteur privé national et communautaire.

Pour le chef d’Etat , la réunion CCR-UEMOA est un événement important, capable de favoriser l’échange d’informations et d’expériences entre les participants.

« La réunion se tient à Bissau, ce qui est certainement un acte de solidarité communautaire avec tous les acteurs économiques guinéens, dont beaucoup sont membres de notre Chambre de commerce, d’industrie, d’agriculture et de services », a-t-il souligné.

Embaló a profité de l’occasion pour remercier la Chambre Consulaire de l’UEMOA pour la distinction avec l’ordre honorifique de cette institution.

Toutefois, il a dit espérer que la Chambre consulaire continuera à renforcer son partenariat stratégique avec les États membres de l’UEMOA dans le but commun qui, selon ses explications, « est de promouvoir la croissance économique et le bien-être des peuples de notre communauté ».

Pour le président de la Chambre de commerce, d’industrie, d’agriculture et de services de Guinée-Bissau, Mama Samba Embaló, l’institution qu’il dirige entend affirmer son leadership dans le développement du commerce et de l’entrepreneuriat guinéen comme vecteur socio-économique national, ainsi qu’apporter sa contribution lusophone dans le contexte sous-régional africain au sein de la communauté UEMOA.

« La CCIAS de Guinée-Bissau, en tant que représentant du pays au niveau de la CCR-UEMOA, a de plus en plus démontré son engagement incontestable envers le secteur privé national, ses membres et l’affirmation publique de son statut de partenaire important et stratégique du gouvernement », a-t-il noté.

Mama Samba Embaló a déclaré qu’il est essentiel et urgent de rendre au secteur privé national ses droits légitimement déterminés et approuvés par les chefs d’État et de gouvernement de l’UEMOA, en vue du retour des institutions et entités nationales qui devraient rester sous la CCIAS conformément aux recommandations de l’UEMOA et de la CEDEAO :

« La réduction des frais et taxes appliqués aux opérateurs économiques en Guinée-Bissau, la fourniture au secteur privé national des services déterminés par l’UEMOA, le soutien du gouvernement au secteur privé national dans la nécessaire réduction du secteur informel, la création urgente et la rationalisation du fonctionnement d’un espace de dialogue permanent public-privé et l’adoption urgente d’un agenda économique national », a-t-il déclaré.

Il convient de noter que l’UEMOA est une organisation d’intégration régionale créée en 1994, qui regroupe huit pays, à savoir : le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Niger, le Sénégal, le Togo et la Guinée-Bissau, qui a rejoint l’organisation en 1997.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *