Umaro Sissoco Embalo condamne le coup d’État en Guinée-Conakry et appelle à la libération de Alpha Condé.

Umaro Sissoco Embalo condamne le coup d’État en Guinée-Conakry et appelle à la libération de Alpha Condé.

De retour à Bissau après une visite de travail de quatre jours au Royaume de Belgique et à l’Union européenne, Ùmaro Sissoco Embaló a déclaré avoir été contacté par plusieurs chefs d’État africains et européens pour « aider à résoudre le problème en Guinée Conakry ».

Le président bissauguinéen a déclaré avoir eu l’occasion de transmettre au chef de la junte, le colonel Mamadi Doumbouya, sa condamnation du soulèvement militaire, a-t-il souligné, bien qu’il n’entretienne pas de bonnes relations avec le président déchu.

« Ces jours-ci, je suis en contact permanent avec le président français Emmanuel Macron , Erdogan (président de la Turquie) et de nombreux autres dirigeants. Y compris les auteurs du coup d’État. Je pense que nous sommes parmi les premiers à l’avoir contacté et j’ai condamné immédiatement. Ma position était péremptoire. J’ai dit cela à Doumbouya deux, trois fois », a déclaré Embalo.

Le président bissauguinéen a rappelé que lui-même était militaire, mais que lorsqu’il voulait faire de la politique, il a enlevé son uniforme,c’est la seule façon d’accéder au pouvoir dans le monde d’aujourd’hui.

Umaro Sissoco Embaló a souligné qu’il a fait part de sa position lors du récent sommet, par vidéoconférence, des dirigeants de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et que lors de la prochaine réunion, il réaffirmera sa condamnation du coup d’État.

« Le président Alpha et moi ne sommes pas amis, je ne veux pas être son ami et il ne veut pas non plus être mon ami, mais nous étions homologues. Je condamne le coup d’État parce que je ne suis pas un subversif, donc je ne cautionne pas ceux qui font un coup d’État », a noté M. Embalo.

Le président bissauguinéen s’est dit disponible pour rejoindre le panel de chefs d’État de la CEDEAO qui aidera à résoudre « le problème en Guinée Conakry », mais il s’est dit favorable à la libération du président Alpha Condé.

« Alpha Conde a presque 90 ans. Le Président Erdogan , le Président Macron , avec qui je parle presque quotidiennement, le Président Sassou Nguesso m’ont demandé d’intervenir. Mes homologues ont compris que, puisque nous sommes voisins, je pouvais peut-être aider à résoudre la situation », a déclaré Umaro Sissoco Embaló.

Le 5 mai, une junte militaire dirigée par le colonel Mamadi Doumbouya a renversé le président Alpha Condé, âgé de 83 ans et détenu depuis lors, dissous le parlement et les pouvoirs civils élus et suspendu la constitution.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *