Umaro Sissoco Embaló : « António Indjai ne sera pas livré et le mandat d’arrêt n’est valable qu’ en Amérique »

Le président de la République, Umaro Sissoco Embaló, a exclu lundi toute possibilité de remettre aux États-Unis d’Amérique, l’ancien chef d’état-major des forces armées, António Indjai, accusé de plusieurs crimes par les Américains.

Avant son départ au Brésil pour une visite de six jours, Sissoco Embaló a fait connaître sa position : « Les Américains savent qu’António Indjai est ici et qu’il est bissauguinéen. La Guinée-Bissau est un État comme les États-Unis d’Amérique, António Indjai est mon citoyen, s’il y a quelque chose, ils doivent contacter la Guinée-Bissau. Si António a fait ce qu’ils disent qu’il a fait, s’ils le prouvent, nous pouvons le juger ici »

« António Indjai est libre de se déplacer sur tout le territoire national, ce que les Américains ont dit est valable en Amérique. Il n’y a pas qu’António Indjai, aucun citoyen de Guinée-Bissau ne sera emmené hors du pays pour être jugé à l’extérieur. Si (le citoyen) fait une erreur, il doit nous en informer », a-t-il déclaré.

Umaro Sissoco Embaló a déclaré qu’il avait déjà donné des instructions au ministère des Affaires étrangères de Guinée-Bissau pour qu’il vérifie auprès des États-Unis d’Amérique, reconnaissant que les accusations portées contre l’ancien chef d’état-major des forces armées étaient graves.

Le président a également déclaré que le mandat d’arrêt d’António Indjai n’est valable qu’aux États-Unis d’Amérique, de sorte que l’ancien chef d’état-major des forces armées peut circuler librement dans le pays.

Sur un autre sujet en Guinée-Bissau, Sissoco Embaló a déclaré qu’il avait une confiance de mille pour cent au procureur général, Fernando Gomes, qui a été accusé de persécuter les citoyens et de violer les lois.

Le président a invité le leader du Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC), Domingos Simões Pereira, à répondre volontairement devant la justice des faits qui lui sont reprochés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *