LA MÉDIATION DE NANA AKOUFO-ADO PORTE SES FRUITS : Umaro Sissoco Embaló s’entretiendra avec Alpha Condé après sa visite au Cabo Verde

Le président de la Guinée-Bissau, Umaro Sissoco Embaló a accepté dimanche de s’entretenir avec son homologue de Guinée-Conakry, Alpha Condé, qui a fermé unilatéralement les frontières avec Bissau, le Sénégal et la Sierra Leone en septembre dernier pour des raisons de sécurité, provoquant un malaise politique.

L’entretien entre les deux hommes aura lieu très bientôt car Ùmaro Sissoco Embaló promet de le faire juste après sa visite au Cabo Verde qu’il va démarrer dès la première quinzaine de ce mois.

Umaro Sissoco Embaló, qui s’adressait aux journalistes à la fin de l’intervention du président en exercice de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) et chef d’État du Ghana, Nana Akufo-Addo, a déclaré : « Je pense qu’il n’y a pas d’ennemis permanents. Il y a des moments pour faire la guerre et il y a des moments pour faire la paix.

Le Chef d’État guinéen ajoute: « je n’ai jamais eu de problème avec le président Alpha Condé ».

Quelques instants plus tôt, dans une déclaration commune à la presse, Nana Akufo-Addo s’est dit « très heureux » de la position d’Umaro Sissoco Embaló sur le malentendu avec la Guinée Condé.

« Vous pouvez être sûrs que je ferai de mon mieux pour que ce problème soit résolu », a-t-il souligné. Umaro Sissoco Embaló a expliqué que le Président Nana Akufo-Addo a tenté un rapprochement entre lui et son homologue guinéen ce dimanche.

« Nous sommes des homologues et des chefs d’État de pays frères et nous devons savoir différencier nos problèmes de ceux du pays », a-t-il déclaré en faisant référence au chef d’État de la Guinée Conakry.

La Guinée-Conakry a décrété, le 29 septembre 2020, la fermeture de ses frontières avec la Guinée-Bissau, le Sénégal et la Sierra Leone pour des raisons de sécurité et dans le cadre de la campagne électorale pour les élections présidentielles du 18 octobre, qui ont finalement été remportées par le président actuel, Alpha Condé, après des modifications constitutionnelles qui lui ont permis de briguer un troisième mandat.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *