. GUINÉE-BISSAU ET ANGOLA : Un groupe de jeunes demande à la CPLP la tenue des élections locales

Dans une lettre adressée à l’actuel président de la CPLP et chef d’État du Cap-Vert, Jorge Carlos Fonseca, et au secrétaire exécutif de l’organisation, Francisco Ribeiro Telles, le Mouvement des jeunes pour les municipalités de Guinée-Bissau et le Mouvement de la troisième division d’Angola exige la tenue des locales dans ces deux pays de langue portugaise.

Ces jeunes demandent à Jorge Carlos Fonseca et Francisco Ribeiro Telles d’inscrire la question à l’ordre du jour du sommet des chefs d’État et de gouvernement, qui se tiendra en Angola en juillet.

Ils demandent que soient analysés les « processus de décentralisation des pouvoirs locaux en Guinée-Bissau et en Angola », ainsi que les progrès réalisés au niveau législatif et les « obstacles à leur concrétisation ».

Les mouvements demandent également un soutien technique aux deux pays pour la « finalisation des paquets législatifs municipaux » et la « formation des techniciens et des maires potentiels » par les États au processus consolidé.

Dans la proposition, les jeunes espèrent également que la Guinée-Bissau, l’Angola et São Tomé et Príncipe « ouvrent la possibilité de candidatures de groupes de citoyens aux élections locales ».

Le président de l’Angola, João Lourenço, avait annoncé en 2018 que des élections locales seraient organisées en 2020, mais celles-ci ont finalement été reportées en raison de retards dans l’approbation de la législation nécessaire.

En Guinée-Bissau, la Commission électorale nationale a remis au chef de l’État, Umaro Sissoco Embaló, en mars, un calendrier électoral qui prévoit la tenue d’élections locales cette année, mais, à ce jour, leur tenue n’a pas été officiellement confirmée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *