SIX MOIS D’ARRIÉRÉS POUR LES EMPLOYÉS DE L’INSTITUT MARITIME ET PORTUAIRE : Son président dément

Le président de l’Institut maritime et portuaire de Guinée-Bissau (IMP) a nié l’existence de six mois de dettes salariales avec ses employés. Lors d’une conférence de presse, Jorge Augusto Malú a déclaré que lorsqu’il a pris ses fonctions de président de l’Institut maritime et portuaire, il a hérité de quatre mois de dettes et que, grâce à l’effort et à l’engagement de son conseil d’administration, il a réussi à payer deux mois des quatre hérités.

« Dans les quatre mois de dette dont nous avons hérité, malgré les difficultés rencontrées, j’ai réussi à payer le mois de janvier de l’année en cours et le paiement du mois de février est déjà en cours.

Concernant une autre accusation faite par le même syndicat sur le retrait de 40 millions de francs cfa, pour l’acquisition de Vedettes pour la surveillance maritime, il a déclaré que toute question qui a trait au retrait d’argent, sa Direction se conforme formellement à toutes les procédures légales.

Il a ajouté qu’il informe normalement son ministère et le syndicat pour une meilleure transparence dans la gestion.

À son tour, le vice-président du syndicat des travailleurs de l’Institut maritime et portuaire, Incaro Incas, a déclaré que la grève qui se déroulait dans cette institution est toujours en vigueur.

Interrogé sur le fait de savoir s’ils ont réellement six mois d’arriérés de salaire avec la direction actuelle, ce syndicaliste réaffirme qu’il s’agit, en fait, de six mois en comptant le treizième mois qui est habituellement payé dans cette institution, compte tenu des bonnes performances annuelles de la maison.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *