Nomination dans la fonction publique sans appel d’offre : L’Untg invite le gouvernement à apporter des corrections

Le secrétaire général de l’Union nationale des travailleurs de Guinée – Union centrale (UNTG – CS), Júlio António Mendonça a demandé au gouvernement de corriger les nominations faites dans la fonction publique sans appel d’offres, les contrats individuels passés par le ministre des Finances et la réduction des dettes salariales des fonctionnaires.

Lors d’une conférence de presse tenue ce lundi 1er mars 2021 pour parler du début aujourd’hui, sur un mois, de la quatrième vague de grèves dans l’administration publique guinéenne, Júlio Mendonça a accusé le gouvernement de ne pas vouloir respecter les engagements pris avec la centrale syndicale. « Nous n’avons pas été appelés à négocier. Le conseil permanent de concertation sociale a cessé de fonctionner depuis que nous avons commencé les grèves. Ce gouvernement agit avec arrogance et aggrave déjà la situation, en coulant le pays. Il n’est pas juste qu’ils déstructurent l’État.

Ils se paient les uns les autres. Le gouvernement a acheté les dettes des commerçants, alors que les travailleurs souffrent », a-t-il déclaré, ajoutant que les décès enregistrés récemment à l’hôpital Simão Mendes auraient pu être évités si le gouvernement avait investi dans l’achat de matériel pour équiper ce plus grand centre hospitalier du pays. Simão Mendes ne dispose pas de machines de diagnostic, mettant au défi la police judiciaire et le ministère public d’enquêter sur les raisons qui ont conduit à l’arrêt de l’usine d’oxygène de l’hôpital Simão Mendes.

Il a également mis au défi les détenteurs d’organes souverains et les membres du gouvernement de renoncer aux subventions, faisant preuve de sens patriotique, afin de réduire le nombre de décès dans les hôpitaux et de créer les conditions nécessaires au fonctionnement des classes dans les écoles publiques.

Le secrétaire général de l’UNTG a de nouveau exigé l’institution d’une nouvelle grille de salaires avec un salaire minimum de 100 000, défendant l’équilibre dans la répartition des richesses dans le pays, et a dénoncé que certains fonctionnaires engagés au ministère des finances par la titulaire du portefeuille, Aladje Fadia, gagnent des salaires de 230 000 xof (deux cent trente mille francs cfa).

Julio Mendonça a également accusé le gouvernement d’avoir bloqué, il y a sept mois, le fonds de soutien institutionnel qui était destiné, chaque mois, à l’UNTG à hauteur de plus de 14 millions de francs cfa, tout en admettant de manière ininterrompue que la grève se poursuivra, jusqu’à ce que les problèmes des fonctionnaires soient résolus, car « Ce pays n’est la propriété d’aucun groupe. Les menaces que nous recevons ne nous feront pas bouger la paille ».

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *