SOUTIEN AU DIABÉTIQUE : UNE ASSOCIATION OFFRE DES MÉDICAMENTS GRATUITS EN GUINÉE-BISSAU

L’Association pour la santé et la lutte contre le diabète en Guinée-Bissau (ASLUC DIABETES-GB), une organisation créée par deux sœurs jumelles guinéennes, Gisa Lopes et Misa Lopes, offre depuis plus de trois ans des « médicaments gratuits » aux personnes atteintes de diabète avec le soutien du gouvernement suisse. En raison du nombre croissant de cas de diabète dans le pays et du fait que la Guinée-Bissau ne dispose pas des médicaments nécessaires pour traiter le diabète, ASLUCODIABETES-GB a travaillé à accroître « la sensibilisation, la prévention et le dépistage » afin de réduire le taux d’amputations et de décès.

Dans une interview accordée au journal O Democrata et à Radio Jovem le 21 février 2021, dimanche dernier, la conseillère administrative de l’association, Misa Lopes, a assuré que les personnes atteintes de diabète se rendaient dans les locaux où l’association opère à Bissau en raison des difficultés financières du pays.

« Chaque jour, nous recevons de nouvelles personnes chez qui la maladie est diagnostiquée, en raison de l’existence de différents types de diabète en Guinée-Bissau. Ces personnes ont besoin de soutien, car la situation financière pour acquérir des médicaments et des appareils de dépistage est très difficile, c’est pourquoi nous avons décidé d’apporter notre contribution », a déclaré Misa Lopes.

Situé dans le quartier de Cupelum de Baixo, plus précisément à côté du siège du Corps des pompiers humanitaires de Bissau, son siège provisoire, ASLUCODIABETES-GB dispose d’une équipe de professionnels de la santé et de collaborateurs qui s’occupent de patients venant de différentes régions du pays, tous les week-ends.

L’infirmière Geraldina Tomé da Silva, une des professionnelles de la santé qui a collaboré avec l’association, a révélé que depuis l’ouverture de cet espace, les personnes diabétiques respectent les recommandations médicales pour réduire les risques.

« Nous savons qu’actuellement il y a plus de diabète acquis, c’est-à-dire acquis par la nourriture que les gens consomment et par la sédentarité, nous conseillons aux gens de continuer à prendre soin d’eux-mêmes, car la situation économique du pays n’est pas du tout bonne et cela se traduit par l’augmentation de la maladie », a souligné Geraldina Tomé da Silva.

Tomé da Silva, une infirmière qui travaille au service des urgences de l’hôpital Simão Mendes à Bissau, a révélé au cours de l’interview qu’elle utilisait l’institution publique où elle travaille pour détecter les personnes atteintes de la maladie et les transférer ensuite à l’endroit où travaille ASLUCODIABETES-GB, en raison du manque d’insuline et d’autres médicaments dans l’unité hospitalière.

Entendue par une équipe de journalistes du parti démocrate, Nhau Mbalí, l’une des personnes qui a bénéficié des médicaments, s’est félicitée de l’initiative des deux sœurs, qui lui a permis de se prévenir de la meilleure façon possible.

« Depuis que j’ai commencé à fréquenter ces établissements en octobre dernier et à prendre des médicaments, j’ai commencé à me sentir très bien avec les professionnels de la santé qui s’occupent des gens, car avant je ne pouvais pas me permettre les médicaments, maintenant je n’ai plus de difficultés grâce au soutien de l’association », a conclu Nhau Mbalí.

Gisa Lopes et Misa Lopes sont les filles de parents diabétiques, et Gisa a dû quitter la Guinée-Bissau pour trouver les meilleurs traitements et médicaments afin d’aider sa sœur restée à Bissau avec le même problème.

Après avoir reçu plusieurs médicaments, en provenance de Suisse, pour son traitement, Misa Lopes a conclu qu’il y avait beaucoup de personnes souffrant de problèmes de diabète et cela a fait que les deux sœurs ont décidé de créer ASLUCODIABETES-GB pour aider gratuitement les personnes atteintes de diabète.

Fondée en 2017, ASLUCODIABETES-GB, en collaboration avec l’Association suisse d’aide aux personnes atteintes de la maladie, fournit gratuitement des médicaments et du matériel appropriés.

Selon les explications des professionnels de la santé publique, la Guinée-Bissau dispose de programmes de lutte contre le VIH/SIDA, la tuberculose et le paludisme, mais n’a rien de comparable à la lutte contre le diabète et ils attirent l’attention du gouvernement sur la nécessité d’apporter une réponse nationale rapide au diabète.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *