Affrontement entre les rebelles et l’armée sénégalaise : La société civile bissau-guinéenne appelle à la paix en Casamance

L’Espace de consultation des organisations de la société civile appelle à la paix en Casamance. Dans une note publiée ce vendredi 19 février 2021 sur le site officiel de la Ligue guinéenne des droits de l’homme, les organisations rappellent que le conflit armé en Casamance, au sud du Sénégal, entre le Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC) et les forces gouvernementales sénégalaises, qui dure depuis plus de 34 ans, « bien que considéré comme de faible intensité », a entraîné des affrontements armés et causé des morts, des destructions de biens, de l’insécurité et des déplacements de populations transfrontaliers.

A titre d’exemple, les organisations soulignent la paralysie ou la limitation de la campagne de noix de cajou, avec des conséquences directes sur le revenu des familles et des effets sur la sécurité alimentaire, l’insécurité des opérateurs économiques qui doivent faire passer leurs produits par les zones frontalières, ainsi que la paralysie ou la limitation du fonctionnement des services de santé et d’éducation (écoles) à proximité du conflit.

Ces organisations évoquent également le risque de dysfonctionnement des mécanismes de coordination entre les États pour assurer la mise en œuvre des mesures de prévention et de lutte contre la pandémie de COVID-19 et l’épidémie d’Ebola, déjà confirmée en Afrique de l’Ouest, et le traumatisme psychologique, tant chez les soldats impliqués que chez les populations locales, avec des effets imprévisibles, pouvant même conduire à la commission de crimes.

Les organisations de la société civile soulignent que les effets du conflit en Casamance ont des conséquences pour le Sénégal, ainsi que pour la Guinée-Bissau et la Gambie, avec un impact direct sur la stabilité politique et institutionnelle des trois pays. Il est donc nécessaire, selon elle, de prendre des mesures visant à promouvoir la paix afin de créer les conditions nécessaires à la cessation des affrontements armés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *