Nouveau Siége : L’un des bâtiments de la Sécurité sociale attribué au Barreau des avocats

Le Barreau de Guinée-Bissau a un nouveau logement. Le Président de la République, Úmaro Sissoco Embaló a révélé qu’un des bâtiments de la Sécurité sociale pour a été mis à la disposition du Barreau pour s’installer. Selon le chef de l’Etat, il s’agit d’un bâtiment aux conditions plus favorables par rapport au siège actuel où le Barreau a fonctionné jusqu’à cette décision de la présidence qui a ordonné le retrait du Barreau de son siège, à proximité de la présidence.

Le chef de l’Etat a donné l’information ce vendredi 12 février 2021 à l’aéroport international Osvaldo Vieira, après son retour du contrôle médical auquel il a été soumis à Dakar, capitale du Sénégal.

« Le Barreau a reçu un bâtiment dans de meilleures conditions que le siège social qu’il ne veut pas restituer. L’ancien bâtiment servait de maison militaire, mais si le Barreau veut continuer à fonctionner au centre, il peut continuer, mais pas à proximité immédiate du Palais de la République. Si le Barreau veut résister, je dois vous dire que ma sécurité est plus importante que celle du Barreau », a-t-il déclaré.

« Je suis le premier magistrat de la Nation, le gouvernement a l’obligation de me donner tous les moyens logistiques. J’ai fait un an de présidence de la République sans aucune condition. Tous ces véhicules sont à moi et je les ai utilisés pour la campagne électorale. Je suis dans ma résidence privée, mais je reçois des menaces. Je pense que c’est du domaine public, la question du coup d’État qui me tuerait, les ministres de l’intérieur, de la défense nationale et le chef d’état-major général des forces armées, seraient également éliminés.

Il n’y a pas un seul jour où je ne subis pas la pression de la sécurité intérieure et extérieure pour aller vivre au Palais. Comment vais-je y fixer ma résidence ? s’est-il interrogé.
Concernant les rumeurs de tentative ou de menace de coup d’État, le Président Embaló a confirmé les avoir entendues également.

Cependant, il a déclaré que : « Je marche seul et que je continuerai à marcher seul avec les vitres de la voiture baissées et que celui qui a un compte à régler avec lui, qu’il le défie sur la route ».

Interrogé sur les circonstances du départ de l’ancien Premier ministre, Aristides Gomes, pour un traitement médical à l’étranger, il a répondu que  » le citoyen Aristides Gomes après avoir suivi la dynamique de déstabilisation … s’est rendu si bien au siège des Nations Unies et personne ne l’a forcé à s’y réfugier.

 » Il a ajouté que si l’ancien chef du gouvernement a des problèmes avec la justice guinéenne, « pas avec moi et pas avec le gouvernement ». « Il y a eu l’intervention des Présidents du Sénégal et du Nigeria, Macky Sall et Muhammadu Buhari respectivement. Les deux chefs d’État du bloc sous-régional ont alors fait valoir que s’il n’y avait aucune raison de le garder en Guinée-Bissau, il devrait être autorisé à quitter le pays pour se faire soigner à l’étranger.

Je lui ai répondu que je ne l’avais jamais fait arrêter et que personnellement nous n’avons rien de contradictoire. J’ai simplement comblé le fossé ou facilité son départ du pays. J’ai appelé le procureur général de la République et lui ai dit que s’il avait besoin d’Aristide, il devait l’écouter ou le laisser partir », a déclaré le chef de l’État, précisant qu’il ne faisait que faciliter les contacts entre le ministère public, les Nations unies et le ministère des affaires étrangères.

Concernant une éventuelle coopération opérationnelle militaire entre les armées guinéenne et sénégalaise au niveau de l’information pour les opérations militaires menées par les forces armées sénégalaises contre une faction des rebelles de la Casamance à la frontière, Úmaro Sissoco Embaló a déclaré qu’il y a beaucoup de désinformation sur le sujet et que la presse peut obtenir plus d’informations auprès des ministères de la défense nationale et de l’intérieur.

« Les gens ont du mal à interpréter la nature des relations. Il n’y a jamais eu de bonnes relations de voisinage avec le Sénégal comme c’est le cas actuellement. Chaque agent sait quelle est ma relation avec le président Mack Sall, chaque fois que je vais me faire soigner au Sénégal, Macky m’affrète un avion », a-t-il noté.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *