Frontière  Sénégal-Guinée Bissau: Des échanges de tirs entre les rebelles du Mfdc et l’armée sénégalaise entendus par les populations 

Les populations des villages  situées sur la ligne frontalière entre la Guinée-Bissau et le Sénégal ont confirmé l’échange de tirs et l’utilisation d’armes lourdes dans le conflit entre l’armée sénégalaise et le Mouvement des forces démocratiques de Cassamance (MFDC), qui a débuté depuis le 2 février dernier.

Dans une interview avec le  journaliste de la radio communautaire de Ingoré, Marcelino Correia, le comité du village  Mangomica a expliqué que lorsque le conflit a commencé, les autorités nationales ont envoyé un contingent de sécurité pour les protéger, de sorte que la communauté locale ne soit pas déplacée. Un autre interviewé, Wuié N’doque, du village  Tarreiro, a déclaré avoir été appelé par son collègue qui s’était rendu dans les bois pour l’informer qu’un « obus » avait frappé son verger de cajous et l’avait brûlé.

« Quand nous avons entendu les coups de feu, nous avons envoyé les femmes et les enfants dans les tavernes voisines. Ils sont revenus ici après l’arrivée de nos militaires. Nous sommes ici, nous entendons des coups de feu depuis mardi, mais nous n’avons peur de rien, car ce n’est pas dans notre région [Guinée-Bissau] », a déclaré Alexandre da Silva, un comité du village de Brengolom.

Sur le conflit entre une faction des forces du MFDC et l’armée sénégalaise, une déclaration en possession de l’envoyé spécial du journal O Democrata dans la zone frontalière, a déclaré que le MFDC réaffirmait que les forces armées sénégalaises ne parviendront jamais à détruire les liens de sang multiséculaires qui unissent les deux peuples, celui de la casamance et celui de la Guinée-Bissau, réaffirmant également que le Sénégal ne borde pas la Guinée-Bissau au sud, mais avec la casamance.

Ce document, en possession de l’envoyé spécial du journal O DEMOCRATA, affirme que le peuple bissauguinéen ne se laissera pas prendre « à cette folle aventure de Macky Sall » pour s’engager dans une guerre qui n’est pas la leur contre le peuple de Cassamance.

Le MFDC se réjouit que le Sénégal lui ait « officiellement déclaré la guerre », assurant que les forces armées sénégalaises « ne pourront jamais, et ne réussiront jamais » à détrôner les populations de Cassamance et d’Attika, car elles sont fortement enracinées dans « la terre de leurs ancêtres, depuis les temps anciens ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *