États-Unis/Élection : les Américains choisissent leur prochain président aujourd’hui

Les Américains choisissent le prochain président aujourd’hui, alors que plus de 100 millions d’électeurs ont déjà voté et qu’il n’y a aucune certitude quant au résultat final.

Après une journée intense de rassemblement des deux principaux candidats aux élections, le démocrate Joe Biden et le républicain Donald Trump, on attend aujourd’hui l’un des taux d’abstention les plus bas de l’histoire récente de l’élection présidentielle américaine.

Les autorités sont préoccupées par la possibilité d’incidents dans certaines villes, notamment après que des groupes organisés de citoyens ont annoncé des rassemblements ou des opérations de surveillance des bureaux de vote, qui pourraient être confondus avec des manœuvres d’intimidation des électeurs.

Les sondages les plus récents donnent une victoire confortable à Joe Biden, avec environ 10 points d’avance dans le vote populaire national, mais dans l’analyse des résultats des États considérés comme essentiels pour déterminer une victoire (comme la Pennsylvanie, la Floride, le Wisconsin, le Michigan et le Texas) les différences dans l’intention de vote sont plus proches (dans certains cas, elles se situent dans la marge d’erreur), de sorte que le résultat est encore imprévisible.

Outre Biden et Trump, dans la plupart des États, les noms de Jo Jorgensen du Parti de la liberté et de Howie Hawkins du Parti vert figurent également sur le bulletin de vote, en plus d’une série de candidats issus de petites organisations civiques, qui ne se font concurrence que dans quelques cercles.

Le nombre élevé de votes anticipés (en personne et par correspondance) peut retarder le décompte des voix, surtout après que la Cour suprême a autorisé l’acceptation des bulletins de vote jusqu’au vendredi dans certains États, de sorte que le gagnant officiel ne peut être connu que dans quelques jours ou semaines.

Le président sortant Donald Trump étant soupçonné de « fraude électorale » lors du décompte des votes anticipés, les autorités électorales prévoient même la possibilité de litiges juridiques sur les résultats, ce qui pourrait retarder l’annonce du vainqueur de l’élection.

Dans ce dernier cas, et après que la Cour suprême se soit finalement prononcée sur les possibilités de recomptage des votes dans certains États, le processus peut passer au Congrès, où le nombre de « Big Voters » (le chiffre abstrait représentant le poids de chaque État dans le résultat final) peut être contesté par les membres de la chambre des représentants, jusqu’à ce qu’il y ait un résultat final.

Dans un cas extrême, le chef de la chambre des représentants, le démocrate Nancy Pelosi, peut être appelé à prendre ses fonctions de président, temporairement, le 20 janvier (date à laquelle un nouveau chef doit, selon la Constitution, prendre ses fonctions), jusqu’à ce que toutes les décisions soient traitées, où le Sénat aura le dernier mot.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *