Ministre de l’intérieur : « Les éléments de la garde nationale impliqués l’affaire des médicaments frontaliers seront démis de leurs fonctions.

Le ministre de l’Intérieur, Botche Candé, a déclaré ce jeudi , que tous les éléments de la Garde nationale (GN) impliqués ou qui auront facilité l’entrée de trente-six sacs de médicaments, illégalement, près de la frontière avec la République voisine de Guinée-Conakry, seront démis de leurs fonctions et remplacés.

Le 8 septembre, la Garde nationale, par l’intermédiaire de la brigade des frontières, a saisi 36 sacs de médicaments au poste de contrôle de Jugudul, dans la banlieue de Mansoa, en provenance de Guinée-Conakry. Les médicaments étaient transportés par des citoyens de Conakry et leur entrée dans le pays aura été facilitée par des éléments du GN à la frontière entre les deux pays.

Dans sa communication, le ministre de l’intérieur n’a pas révélé à qui appartenaient les médicaments, mais assure qu’ils seront remis à la direction générale des douanes pour être inspectés par les services d’inspection sanitaire et la police judiciaire. Botché Candé a encouragé la corporation de la Garde nationale à continuer à travailler pour le bien-être de notre pays.

Botche Cande a déclaré que lorsque les drogues saisies ont été livrées, il doutait qu’il s’agisse simplement de drogues.

Aux journalistes, le général de brigade Sadjo Sissé de la GN a appelé à une collaboration entre les forces de sécurité et la Garde nationale pour lutter contre la fraude et décourager ses acteurs.

Pour sa part, le directeur général des douanes, Doménico Sanca, a souligné qu' »il est grave de faire de la contrebande de médicaments » car il s’agit d’un problème de santé publique, soulignant que la Garde nationale et les douanes sont des institutions qui doivent lutter contre la pratique de la contrebande de tous les produits entrant ou sortant du territoire national.

Cependant, le médecin qui a suivi tout le processus de livraison des médicaments, Abubacar Camará, a assuré que les médicaments saisis seront analysés en laboratoire avant d’être utilisés. Cependant, il a insisté sur le fait que s’ils sont endommagés, ils seront incinérés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *