« LA DÉCISION DU STJ NE CHANGE PAS LES RÉSULTATS DES ÉLECTIONS » – DÉCLARE L’AVOCAT DE CNE

Me José Paulo Semedo, porte-parole de la Commission nationale électorale (CNE), a déclaré mercredi 16 septembre 2020 que la décision de la Cour suprême de justice, qui a jugé « infondée » la procédure électorale engagée par Domingos Simões Pereira, candidat du Parti africain de l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC), n’a pas modifié ni réduit de quelque manière que ce soit les résultats électoraux publiés par la CNE le 1er janvier 2020.

Me José Paulo Semedo a réagi dans une conférence de presse à l’arrêt n° 06 de la Cour suprême du 4 de ce mois, qui a mis fin au contentieux électoral. Me Semedo a fait valoir que le CNE « est le seul organe compétent pour annoncer les résultats définitifs des élections », ayant indiqué que si les gens veulent imiter le Sénégal, l’Angola et d’autres pays, où la Cour suprême de justice est l’organe qui publie les résultats des élections, ils devraient le faire, « mais en Guinée-Bissau, c’est au CNE de le faire ».

L’avocat de la Commission électorale nationale a souligné qu’il avait déjà averti dans le passé que la Cour suprême de justice ne devrait pas recevoir la requête du candidat du Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert, car « il avait tort ».

« Cependant, il a décidé de recevoir cette demande et, à la page trois du dernier arrêt, il dit la même chose que ce qu’il avait recommandé auparavant », a-t-il précisé.

Sur l’explication de la voix perdante du vice-président de la Cour suprême de justice, Rui Nené, l’avocat du CNE a assuré que l’explication de la voix perdante du juge-conseil donne à comprendre qu’il voulait faire plaisir à certaines personnes. Cependant, il n’a pas dit les noms ou les institutions auxquels ils pourraient appartenir.

Me Semedo a déclaré qu’après le dépôt du contentieux électoral auprès du STJ, la Cour suprême bissauguinéenne aurait dû se prononcer dans les cinq jours, mais ne l’a pas fait, donc « ce n’est plus un contentieux électoral ».

« Le CNE n’est pas un organe souverain, mais compte tenu de l’annonce des résultats des élections, il est un organe souverain et la Cour suprême de justice n’a pas son mot à dire dans l’annonce des résultats. Que celui qui rejette cette thèse montre la base juridique qui la soutient », a-t-il contesté.

Selon Me José Paulo Semedo, la décision du STJ n’est pas venue pour rassurer le CNE, mais pour aider à clarifier au peuple bissauguinéen, une fois pour toutes, ce que nous avions dit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *