Le conseil d’administration de l’ARN nie toute information sur le recrutement de fonctionnaire

Le conseil d’administration de l’Autorité nationale de régulation des technologies de l’information et de la communication (ARN) a nié que l’institution recrute  de nouveaux fonctionnaires à la demande des politiciens.

Le président du Comité de base syndical de l’ARN, Fernando Tchuda, a déclaré mardi lors d’une conférence de presse que le conseil d’administration de cette institution subit des pressions de la part des politiciens avec des demandes d’admission de nouveaux travailleurs et de stages.

En réaction à cette information, l’administrateur légal du conseil d’administration de l’ARN, Armando Tchoba dos Santos, a déclaré que les demandes d’emploi sont une situation normale dans toute institution.

« A titre d’exemple, vous, les journalistes, pouvez-vous adresser à diverses institutions, tant publiques que privées, pour connaître les demandes d’emploi déjà reçues. Demandez à l’administration portuaire, à l’Institut maritime portuaire, à l’Agence de l’aviation civile, entre autres, le nombre de demandes de stage ou d’emploi que vous avez déjà reçues », a-t-il déclaré.

Il a reconnu que le pays a travaillé dur pour former le nouveau personnel, ajoutant que la gouvernance a le devoir de chercher des solutions à l’encadrement de ce personnel.

« Nous ne pouvons pas refuser le droit des jeunes nouvellement formés à chercher un emploi et ce n’est pas notre travail de définir où et qui sont les jeunes s’ils sont les enfants de personnes privilégiées ou pauvres », a-t-il expliqué.

Armando Tchoba dos Santos a toutefois confirmé que l’ARN reçoit de nombreuses demandes à cet égard, soulignant que si elle doit finalement admettre certaines personnes, ce sera sur la base du respect de critères définis par la loi, c’est-à-dire par le biais d’un appel d’offres public.

Il a déclaré que les stagiaires qu’il a actuellement ne constituent jamais un goulot d’étranglement dans les services dans la mesure où ils occupent des espaces ailleurs.

Tchoba dos Santos a précisé que pendant plus de cinq mois, ils ont testé cette institution et n’ont jamais admis aucune personne dans le service, compte tenu du fait qu’il n’y a toujours pas de postes vacants à cet effet.

 

Il a déclaré que l’ARN compte actuellement 62 employés et que tous ont leur salaire à jour, contrairement à l’Union dans la mesure où ils ont des mois d’arriérés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *