LES DÉPUTES  APPROUVENT À L’UNANIMITÉ LE BUDGET GÉNÉRAL DE L’ETAT ET LE PLAN DE DÉVELOPPEMENT

Les députés ont approuvé hier  à l’unanimité le plan de développement national (PND) et le budget général de l’État (BGE) proposés pour l’année économique 2020. Les deux instruments ont été approuvés par 53 députés présents à la première session extraordinaire de 2020 dirigée par la deuxième vice-présidente de l’Assemblée populaire nationale (ANP), Hadja Satu Camará, en l’absence d’une partie importante des députés du groupe  parlementaire du Parti africain de l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC).

Les cinq députés du PAIGC qui avaient voté sur le programme du gouvernement font à nouveau partie des 53 députés (sur les 102 qui composent l’hémicycle bissauguinéen) qui ont validé les deux instruments votés en général. Le budget 2020 est estimé à 278 milliards de francs CFA, avec un déficit de 117,8 milliards de francs CFA. 88,6 milliards CFA ont été alloués aux dépenses courantes. La seule source de financement du déficit budgétaire identifié par l’exécutif était le Fonds monétaire international (FMI).

Le budget de l’État approuvé présente quelques oscillations dans le montant alloué à chaque ministère, notamment en ce qui concerne l’augmentation du montant budgétaire dans certains ministères (Finances, Énergie, Environnement, etc.) et la diminution du montant budgétaire dans d’autres secteurs. Le ministère de l’agriculture, par exemple, apparaît comme l’un des secteurs avec le plus faible pourcentage, avec seulement 2 % de la prévision globale pour le BGE 2020.

Interrogé par les députés, le ministre des finances, João Mamadu Alage Fadia, a précisé que ces oscillations (augmentation et diminution du montant  budgétaire dans certains ministères) étaient dues au manque de fonds extérieurs dont bénéficient de nombreux secteurs grâce aux partenaires internationaux.

Dans une déclaration à la presse après la validation du BGE, le Premier ministre Nuno Gomes Nabian a déclaré qu’il avait donné aux parlementaires la garantie de travailler au cours des trois ou quatre derniers mois de l’année économique 2020, en se basant sur le sérieux et le strict respect de tout ce qui est contenu dans le document, ainsi que sur la lutte contre la corruption.

Nuno Nabian a souligné que le déficit budgétaire de 117,8 milliards de francs CFA sera financé de deux manières, un premier moule interne et un second moule externe par le biais de financements de partenaires, afin de couvrir le déficit financier qui existe dans le budget 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *