Conséquences de la sortie du Président Bissau-guinéen sur le troisième mandat : Ouattara et Condé chercheraient à liquider Umaro Sissoco Embaló

La dernière sortie du Président Bissau-guinéen, Umaro Sissoco Embaló qualifiant le troisième mandat comme un « coup d’État constitutionnel » reste au travers de la gorde de Alassane Dramane Ouattara de la Côte d’Ivoire et de Alpha Condé de la République de Guinée. Les deux chefs d’État candidats pour un troisième mandat consécutif dans leur pays ont du mal à digérer cette sortie du jeune Président Bissau-guinéen.

Élu récemment à la tête de ce pays, Le Président Embaló n’a jamais bénéficié du soutien de Condé et Ouattara. Ces derniers ont toujours roulé pour son adversaire Domingos Simões Pereira . Sa dernière attaque contre ces vieux chefs d’État vient encore remettre une couche sur une relation qui n’a jamais été des meilleures. C’est pourquoi cette sortie risque de coûter cher Umaro Sissoco Embaló qui doit, dès à présent, surveiller ses derrières. Selon des sources sûres, les deux vieux présidents sont à ses trousses et chercheraient à le liquider physiquement. Si cette tentative ne réussit pas, ils vont tenter de renverser son pouvoir. Dans un pays instable comme la Guinée-Bissau, ils vont juste renforcer les adversaires du régime en place. Déjà dans le pays, le gouvernement est déjà critiqué même au sein de la coalition qui a porté au pouvoir le PrésidentUmaroSissoco Embaló. Ils reprochent au nouvel homme fort de la Guinée-Bissau de n’avoir toujours pas nommé les Gouverneurs de région, des postes très stratégiques dans le pays. En matière de sécurité intérieure, le Président a reconduit le Général Biagui Na Tang . Un choix très contesté dans l’armée.

En effet, Umaro Sissoco Embaló doit prendre cette menace très au sérieux car Condé et Ouattara sont de vieux renards qui sont toujours soutenus par une puissance extérieure. Avec ce sommet qui s’ouvre à Niamey, Umaro Sissoco Embaló doit faire très attention et renforcer sa sécurité car Ouattara et Condé vont le suivre de très près. Même à l’intérieur de Bissau, il doit renforcer sa garde rapprochée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *