Directeur général de l’INACEP : « Le ministère des finances nous doit deux milliards de franc CFA

Le directeur général de l’imprimerie  nationale (INACEP), Bamba Banjai, a révélé lundi 24 août 2020 que le ministère des finances doit à l’INACEP un montant estimé à deux milliards de francs CFA, après avoir assuré qu’il avait pris plusieurs contacts avec les finances afin de régler cette dette et par conséquent permettre à l’entreprise de régler les dettes envers ses employés et de relancer l’entreprise.

Le responsable de l’imprimerie nationale a parlé à la presse, en marge de la signature d’un protocole d’accord entre le syndicat de base des salariés et la direction de l’entreprise, qui oblige les employeurs à payer les arriérés de salaires et à relancer l’entreprise.

Banjai a indiqué qu’il avait hérité de l’entreprise dans une « situation très compliquée » avec 99 mois de dettes envers les employés et 20 ans d’exploitation sans paiement à la sécurité sociale, ajoutant qu’actuellement 99 % des machines de production de l’imprimerie nationale sont paralysées par une panne ou sont totalement obsolètes.

Il a informé que pendant les quatre mois où il est en charge de la société, il a demandé, par courrier, le paiement des deux milliards de FCFA de dette, mais qu’à ce jour aucun franc n’a été débloqué pour le compte de l’INACEP.

« Nous sommes dans une situation très compliquée. L’INACEP est une entreprise de l’État de Guinée-Bissau qui se trouve dans cette situation précaire. C’est pourquoi nous faisons appel au chef de l’État, Úmaro SissocoEmbaló, et au Premier ministre, Nuno Gomes Nabian, pour nous aider à le sauver », a-t-il déclaré.

Il a assuré que, pour l’instant, l’INACEP n’a pas de matière première à produire et n’est pas en mesure de payer les salaires de ses employés, mais il a promis de payer six (6) des 99 mois d’arriérés de salaires.

Pour Walter Mendonça, président du syndicat de base des employés de l’INACEP, le protocole d’accord est une étape importante qui permettra de relancer l’entreprise et de sortir les employés de leur « situation misérable ».

Bissauactu a appris d’une source au conseil d’administration que l’entreprise emploie actuellement environ 150 personnes.

Dans le mémorandum, la direction s’est engagée a payé six mois d’arriérés jeudi prochain, le 27 du mois, à résoudre la situation de la sécurité sociale qui n’a pas été payée depuis 20 ans afin que les employés en âge de prendre leur retraite puissent en bénéficier, et à acquérir les nouvelles machines pour la relance de l’INACEP.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *