Contentieux électoral : Le Procureur Général en conclave avec sept juges de la Cour suprême

Le procureur général de la République de Guinée-Bissau, Fernando Gomes, a convoqué sept juges à la Cour suprême de justice pour une audience ce 29 juin.

Les juges seront entendus sur les contours de la réunion plénière du 17 juin, au cours de laquelle ils devaient prendre une décision sur le contentieux électoral découlant de l’élection présidentielle de décembre 2019, dont les résultats ont été contestés devant la justice par Domingos Simões Pereira, un candidat déclaré vaincu par la commission électorale.
A travers une note, le procureur général de la République a convoqué les juges de la STJ – Rui Nené, Fernando Té, Juca Nancassa, Lima André, Ladislau Embassa, Osíris Pina et Mamadu Saido Baldé.

La session plénière de la Cour suprême n’a pas été concluante et maintenant les juges de cet organe devront s’expliquer devant le bureau du procureur général. Six des sept juges ont accusé le vice-président de l’organe, Rui Nené, d’avoir rendu la session impossible en refusant de poursuivre les travaux parce qu’il avait quitté la salle plénière. « Compte tenu de la situation, la plénière a été rendue impossible car il s’agit d’un organe collégial qui ne peut fonctionner que sous la présidence ou la vice-présidence, de sorte que l’examen du projet de jugement préalablement distribué aux juges-conseils est avorté », indique un compte-rendu de la réunion.

L’avocat et analyste politique Luís Vaz Martins affirme que tout cela est une stratégie du pouvoir politique actuel en Guinée-Bissau pour démettre la Cour suprême de justice. À plusieurs reprises, le président bissau-guinéen Umaro Sissoco Embalo a accusé les juges de la Cour suprême d’être « des corrompus et des bandits », assurant que cette situation prendrait fin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *