Odete Semedo, 2ème vice-président du PAIGC : « Nous reconnaissons Umaro Sissoco Embaló comme Président de la République ».

La deuxième vice-présidente du Parti africain pour l’indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert (PAIGC), Maria Odete Costa Semedo, a déclaré ce jeudi , que son parti reconnaît Úmaro Sissoco Embaló comme président de la République de Guinée-Bissau reconnue par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest ( CEDEAO ). Elle s’entretenait avec les journalistes à la sortie d’une réunion séparée avec les représentants les partis politiques qui ont des sièges au Parlement, à savoir : MADEM, APU-PDGB, PRS, UM et PND. L’objectif de cette rencontre est de trouver une solution qui conduise à la formation d’un gouvernement à large base dirigé par le PAIGC, intégrant tous les partis représentés à l’Assemblée nationale populaire (ANP).
Selon Semedo, le parti a donc voulu se conformer à la recommandation de la CEDEAO qui, dans son dernier communiqué, a demandé aux autorités nationales de créer les conditions nécessaires à la formation d’un nouveau gouvernement, au plus tard demain (22 mai), en respectant la Constitution et les résultats des élections législatives de mars 2019.
Odete Semedo a déclaré face aux journalistes que le PAIGC reconnaît qu’il y a encore des litiges à la Cour suprême de justice, mais que pour le moment ce n’est pas la priorité du parti. « Les bissauguinéens sont conscients qu’il y a un litige devant la Cour, mais pour l’instant, ce n’est pas notre priorité. La Cour ne fonctionne pas et le pays ne peut pas s’arrêter. S’il est nécessaire que nous contribuions au progrès du pays, en attendant le jugement de la Cour, il n’y a pas de problème, mais si nous concluons qu’il y a une concession faite au point de l’accepter ou non comme président … Dans les organes du PAIGC fonctionnent et la décision n’est pas prise par le président Domingos Simões Pereira, ni par ses addictions, mais par les organes du parti », a-t-il expliqué dans sa déclaration à la presse.
Concernant la réunion séparée tenue avec les représentants des partis, elle a déclaré qu’ils ont présenté la proposition de créer le gouvernement à large assise, car « on nous a demandé… ». Elle a souligné que son parti fait toujours partie de la solution des problèmes et veut contribuer à la paix sociale. C’est pourquoi elle estime que la paix sociale ne peut être trouvée que sur la base du dialogue, en écoutant les forces politiques, en particulier celles du Parlement.
« Certains ont fait preuve d’ouverture et de bonne volonté. D’autres ont fait preuve de moins d’ouverture, mais les portes sont ouvertes et nous continuerons à faire le travail, à transmettre ce que le PAIGC a toujours proposé de faire, après avoir reçu la demande de soutien dans la recherche d’une solution », a-t-elle déclaré.
Interrogée sur la possibilité pour le parti de trouver une solution pour respecter le délai de formation du gouvernement, Odete Semedo a précisé qu’il ne leur était pas demandé de former le gouvernement.
« Nous avons été reçus au Palais de la République et ce qui nous a été demandé, c’est notre participation ou notre soutien dans la recherche d’une solution. Pour nous, trouver une solution, c’est écouter tous les partis politiques ayant un siège au Parlement et présenter la solution d’un gouvernement à large assise. Nous pourrions simplement dire que nous avons gagné les élections et que nous avons une confortable majorité au Parlement, nous demanderons donc le rétablissement de notre gouvernement. Nous n’avons pas fait cela, étant donné qu’il y a d’autres scénarios, donc nous avons dit que c’est la situation et que nous nous y adapterons « , a-t-elle déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *