Aristides Ocante, Coordonnateur adjoint du MADEM-G15 : « Le premier ministre reconduit ou nommé doit être sur la base du nouvel accord « 

Le vice-coordinateur du Mouvement pour l’alternance démocratique – Groupe 15 (MADEM-G15), Aristides Ocante a fait savoir que la reconduction ou la nomination du prochain Premier ministre devrait respecter le nouvel accord d’incidence parlementaire paraphé entre son parti, le PRS et l’APU-PDGB.

Ocante da Silva a fait cette mise en garde dans une déclaration à la presse alors qu’il quittait une réunion avec les dirigeants du PAIGC à l’Assemblée nationale populaire. Le PAIGC a appelé ce jeudi 21 mai 2020 les six partis politiques du Parlement à trouver une solution politique pour la formation du nouveau gouvernement, sur la base de la recommandation de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Dans son dernier communiqué, la CEDEAO a recommandé aux autorités guinéennes, en particulier au Président de la République, Úmaro Sissoco Embaló, de former un nouveau gouvernement, en respectant la Constitution et les résultats des élections de mars dernier.

Le dirigeant du MADEM-G15 déclaré que la première proposition présentée par les libérateurs (PAIGC) était que le MADEM-G15 participe au gouvernement à large assise qu’il dirigerait après la signature du protocole d’accord, si un consensus était atteint.

« Devant cette persistance de PAIC à vouloir montrer qu’elle détient toujours une majorité parlementaire, le MADEM-G15 a conclu que les deux propositions sont incongrues et ne peuvent contribuer à la recherche d’une solution gracieuse à la crise en Guinée-Bissau », a-t-il souligné.

Il a ajouté que son parti est prêt à participer à toute initiative qui cristallise des énergies positives dans la recherche d’une stabilisation politique en Guinée-Bissau. Il a indiqué, par ailleurs, que c’est dans ce contexte qu’ils ont accepté de participer à cette réunion.
« Notre proposition était que le Premier ministre et le gouvernement sortent de la nouvelle majorité parlementaire.

Les majorités se déplacent et le Parlement devrait revenir à cette nouvelle majorité, y compris le Bureau de l’ANP. Le Bureau de l’Assemblée n’est donc ni permanent ni rigide. Tous les organes de l’Assemblée populaire nationale doivent revenir à la nouvelle majorité parlementaire », a-t-il souligné.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *