Crise politique en Guinée-Bissau: Le Président du Parlement appelle le pays à sortir de l’incertitude

Le président du parlement de Guinée-Bissau, Cipriano Cassamá a déclaré aujourd’hui que le pays doit sortir de la situation d’incertitude et d’indécision dans laquelle il se trouve. Il fait cette déclaration suite à une rencontre avec le chef de l’État bissauguinéen UmaroSissoco Embaló.

« Le pays doit immédiatement sortir de cette situation d’indécision et d’incertitude que nous connaissons », a dit Cipriano Cassamá à l’issue de l’audience avec le chef de l’Etat pour analyser la situation politique dans le pays.
Cipriano Cassamá a informé qu’il s’était également entretenu avec le Président bissau-guinéen sur les relations qui doivent exister entre les organes de souveraineté afin que le pays puisse être pris « plus calmement et dans le cadre de la stabilité ».

« Je pense que le président de la République trouvera une solution qui satisfera les Bissau-guinéens », a ajouté M. Cassamá sans donner plus de détails sur le contenu de sa discussion avec Sissoco Embaló.

L’Assemblée populaire nationale et la Présidence du pays traversent une période de crise politique, après qu’Umaro Sissoco Embaló ait annoncé la création d’un comité chargé de réviser la Constitution.
Pour le Parlement bissau-guinéen, la décision du Président est étrange, car il existe un comité mis en place par l’Assemblée populaire nationale pour réviser la Constitution.

Le Président du Parlement a envoyé une lettre à Sissoco Embaló pour l’avertir que toute initiative visant à réviser la Constitution doit suivre la Constitution elle-même, qui stipule que de telles initiatives sont de la responsabilité des membres du Parlement.

Dans une déclaration publiée en avril, la CEDEAO a reconnu Umaro Sissoco Embaló comme président de la Guinée-Bissau et a exhorté les autorités et la classe politique à prendre des mesures pour promouvoir la révision constitutionnelle dans un délai de six mois, précédé d’un référendum, ainsi que la nomination d’un nouveau gouvernement, qui respecte les résultats des élections législatives de mars 2019, d’ici vendredi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *