Covid-19 : La famine guette des Bissau-guinéens à Praia

L’ambassadeur de Guinée-Bissau au Cap-Vert, M’bála Fernandes a souligné ce mardi 19 mai 2020 la situation de famine au sein de la communauté bissauguinéenne du pays. Il explique que la prolongation de l’état d’urgence a compliqué la vie de tous avec les restrictions.

M’bála Fernandes a fait cette déclaration en marge de la livraison de dons de nourriture et de masques à deux mosquées, dans la ville de Praia, la mosquée du quartier Safende et le quartier Achada Grande Frente.

A cette occasion, il a expliqué que les Guinéens ne sont pas différents des communautés d’immigrants, en particulier des Capverdiens indiquant qu’il y a beaucoup de faim et de pauvreté et que l’enfermement est une pratique qui « les fait rester de plus en plus proches les uns des autres », pour partager ce qu’ils ont.

Selon lui, l’ambassade a reçu de nombreuses demandes de soutien, mais elles n’ont aucune possibilité et ont recours aux institutions nationales.

« Nous devons reconnaître les institutions comme la mairie de Praia qui a fait dans les quartiers, sans distinction d’immigrants ou non, des dons et des paniers de nourriture pour les plus défavorisés », a-t-il déclaré.

En ce qui concerne l’enregistrement des cas d’infection dans la communauté guinéenne, le diplomate a déclaré que « six à sept cas » ont été signalés sur l’île de Boa Vista, qui se trouvaient à l’hôtel Rio Karamboa et à l’hôtel Plaza, mais pour le moment il n’y a qu’un seul Guinéen en quarantaine.

« Nos contacts ont été constants avec l’association des immigrants de Guinée-Bissau sur l’île, avec l’équipe créée par le conseil municipal et avec le commandement de la police nationale elle-même », a-t-il déclaré.
Quant à la distribution de nourriture aux mosquées, M’bála Fernandes, a déclaré qu’il s’agissait d’une mobilisation de l’ambassade auprès des communautés religieuses, qui coïncide maintenant avec la période du Ramadan.

Des sacs de sucre, du savon désinfectant pour les mains, de l’eau de javel et des masques, fabriqués par un Guinéen, ont été livrés, principalement à ceux qui ne peuvent pas se les payer.

Il a également souligné que la communauté guinéenne « a collaboré » avec les directives des autorités capverdiennes, au point de suspendre sa prière quotidienne à la mosquée, dans un contexte aussi troublé que le Ramadan.

« Nous en sommes satisfaits, car notre message et celui du gouvernement sont passés d’une manière que nous espérions déjà », a-t-il conclu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *