Formation d’un nouveau gouvernement à Bissau: Les avertissements du Président Umaro Sissoco Embaló

Le président de la République, Úmaro Sissoco Embaló a donné un avertissement aux partis politiques. Ces derniers doivent prouver qu’ils disposent d’une majorité parlementaire pour former un gouvernement et, par conséquent, pour assumer la gouvernance, sinon il y aura une autre issue qui passera par la « signature du papier ».

Sans aller plus loin, le chef de l’Etat bissau-guinéen a déclaré ses quelques mots à la presse dans la soirée du samedi 16 mai 2020 à l’aéroport international Osvaldo Vieira, au retour d’un voyage de quelques heures au Nigeria et au Niger.

Le Président Umaro Sissoco Embaló a rencontré à Abuja le chef de l’État nigérian, Muhamadu Buhari. A Niamey (Niger), il a été reçu par Mamadou Youssufi, président du Niger et président par intérim de la Conférence des chefs d’Etat de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) avec lequel il a abordé la question de la normalisation de la situation politique en Guinée-Bissau après la crise consécutive aux élections présidentielles.

Le président de la République a déclaré que la semaine prochaine, il allait entendre les partis politiques ayant un siège au Parlement et leur demander de présenter une majorité parlementaire pour assurer la formation du gouvernement, sinon « il y aura une autre issue ».

Il a souligné, à cette occasion, qu’il existe une feuille de route de la CEDEAO qui parle de la formation du gouvernement, en fonction des résultats des élections, ainsi que de la révision constitutionnelle qui sera soumise au référendum.

Interrogé sur la question de savoir si la date limite fixée par la CEDEAO pour la formation du nouveau gouvernement d’ici le 22 mai sera une réalité, le chef de l’Etat a assuré que la formation du gouvernement nécessite plusieurs « travaux d’ingénierie », car « il n’y a aucun parti qui détient une majorité pour gouverner ». « Il n’existe pas de formation politique disposant d’une majorité [absolue] au Parlement.

Il sera nécessaire de faire de l’ingénierie. Dans le passé, l’APU-PDGB était avec le PAIGC, mais maintenant j’ai d’autres informations selon lesquelles cette majorité s’est déplacée, si c’est le cas, les partis doivent prouver cette majorité plus tard cette semaine, sinon je prendrai le stylo et signerai le papier. Tout simplement », a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *