Dissolution de l’Assemblée nationale : Un précédent dangereux

Ceux qui encouragent le Président de la République à dissoudre l’Assemblée populaire nationale afin de légitimer prétendument ses revendications, y compris une révision constitutionnelle, inconstitutionnelle et imposée, pour passer d’un système semi-présidentialiste à un système présidentialiste, j’espère qu’aujourd’hui vous avez la vision que demain, cette conspiration illégale servira de précédent pour que ce Président de la République ou tout autre impose toujours ses revendications personnelles à l’État, à la République et aux citoyens.

Ne soyez pas surpris que, de cette façon, le Président actuel veuille un jour décider du programme du gouvernement ; du budget général de l’Etat ; des décisions des tribunaux, etc…

S’il existe une Constitution qui régit les pouvoirs des organes de souveraineté, qui est violée par le Président de la République lui-même, que la Constitution définit comme son garant, alors que penser lorsque la Société elle-même, au lieu de critiquer le Président de la République, se porte à le défendre ?

Que signifie la tenue d’élections législatives, lorsque le peuple n’attribue pas directement une majorité représentative absolue à un seul parti ?

Cela peut signifier beaucoup, évidemment, mais jamais que le peuple ait transmis sa représentation parlementaire au Président de la République, en la retirant aux membres du Parlement !

Chacun a son propre domaine d’action, basé sur des compétences distinctes et réglementées !

Ce n’est pas un hasard si dans de nombreux pays africains à régime présidentiel, lorsque la limite des mandats présidentiels est atteinte, les dictateurs imposent une révision de la Constitution afin de pouvoir rester à la tête de l’État pendant plus d’années.

Et ils le font souvent jusqu’à ce qu’une rébellion populaire sous forme de révolution, soutenue par les forces armées, décide de mettre fin aux jeux des hommes d’État apatrides ?

Il ne sert à rien d’essayer d’inventer des systèmes politiques et de gouvernance. Il suffit de choisir le modèle qui correspond le mieux à notre réalité concrète, pas nécessairement géographique, et de l’adapter à notre forme et à notre tempérament que nous trouvons les plus appréciés pour notre COMMUNAUTÉ !

A ceux qui pensent que la dissolution de l’Assemblée Populaire Nationale est la SOLUTION pour la Guinée-Bissau, je vous propose de revenir sur l’histoire des crises politiques en Guinée-Bissau.

Le Président de la République lui-même sait qu’il peut même imposer un gouvernement aux citoyens, mais il ne peut pas imposer un Parlement aux citoyens !

C’est le peuple qui élit les députés !
Lorsqu’un Président de la République usurpe les pouvoirs des députés, il usurpe et nie également le peuple, son pouvoir et ses droits de représentation !

Positivement et de manière constructive, continuons à travailler !

Source: Didinho.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *