Covid-19 : Le Président Portugais Marcelo Rebelo de Sousa annonce la fin de l’état d’urgence le 2 Mai prochain

Le Président portugais a annoncé aujourd’hui que l’état d’urgence prendra fin le 2 mai à minuit et que le Portugal entrera dans une phase d’ouverture à petits pas.

« L’état d’urgence prendra fin après ce deuxième renouvellement le 2 mai à minuit. Il est à espérer qu’il ne sera pas nécessaire à l’avenir de recourir à nouveau à l’état d’urgence. Si nécessaire, cela sera pris en considération », a déclaré Marcelo Rebelo de Sousa.

Selon le chef de l’Etat, qui s’adressait aux journalistes à Lisbonne, le Portugal entre maintenant dans une « troisième phase » de lutte contre la propagation du covid-19, qui « reste maître de la situation », mais avec « une reprise ou une ouverture – tous les termes peuvent être appliqués – par petits pas ».

« Et les deux choses sont indissociables : la reprise par petits pas et, d’autre part, le souci d’une maîtrise permanente de la situation. Ici, l’idée n’est plus celle d’une fermeture, d’un instrument drastique et radical, mais de l’utilisation d’autres instruments », a-t-il ajouté.

Le Président portugais a toutefois averti que « la troisième phase ne peut être considérée comme normale et stabilisante » et que « les Portugais doivent être conscients que l’endiguement reste important, le contrôle de la situation reste important ».

Marcelo Rebelo de Sousa a estimé que le fondamental dans cette « nouvelle phase » est de parvenir à « cette conjugaison, cet équilibre » entre « la récupération par petits pas » et « le contrôle permanent de la situation ».

« C’est pourquoi les petits pas et évaluation constante aussi. C’est la clé du succès de cette troisième phase, après laquelle il y aura une quatrième phase et dans cette quatrième phase on peut dire que la fin de l’épidémie telle qu’elle est née et que nous la connaissons jusqu’à présent est vraiment attendue », a-t-il conclu.

L’état d’urgence, qu’il appartient au Président de la République de décréter, après avoir entendu le gouvernement et avec l’autorisation du Parlement, est en vigueur au Portugal depuis le 19 mars.

Il y a environ deux semaines, lorsqu’elle a été renouvelée pour la deuxième fois pour une nouvelle période de 15 jours, Marcelo Rebelo de Sousa et le Premier ministre, António Costa, ont tous deux déclaré qu’ils espéraient que ce serait la dernière.

Aujourd’hui, après une autre réunion technique sur la « situation épidémiologique du covid-19 au Portugal », à laquelle ont participé le président du Parlement portugais, le premier ministre, les chefs de partis, les employeurs et les syndicats, Marcelo Rebelo de Sousa a défendu que l’état d’urgence avait « un rôle symbolique juridique, mais aussi politique et psychologique ».

« Elle correspondait au souci de fermer. Dans une situation extrême, c’était une arme extrême à fermer. Les Portugais l’ont compris, ils y ont adhéré pour eux-mêmes. L’enfermement a eu une adhésion massive, encore vérifiée ici aujourd’hui dans les données présentées, et effective », a-t-il soutenu, dans des déclarations aux journalistes.

Le Président de la République a déclaré qu’il y avait alors « une deuxième phase, toujours sous l’état d’urgence, qui était une phase de renforcement de l’endiguement et du contrôle de la situation, en faisant baisser les chiffres qui devaient être réduits : le nombre d’internés, le nombre d’internés en soins intensifs, et le nombre de décès ».

Selon Marcelo Rebelo de Sousa, cette « deuxième phase » qui « correspondait et correspond au mois d’avril » peut être décrite, en termes généraux, comme « un plateau avec une évolution descendante », et se termine maintenant, avec la fin de l’état d’urgence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *