Situation politique en Guinée-Bissau: Le Gra déplore le silence intriguant de la Cedeao

Le Groupe de réflexion et d’analyse ( Gra ) regroupant des cadres bissauguinéens et luso-bissauguinéens de Bissau et de la diaspora se prononce sur la situation politique dans le pays. Dans une déclaration publique, il dénonce le climat qui prévaut dans ce pays depuis la fin du scrutin présidentiel. Le 27 février dernier, le président Umaro Embalo a prêté serment.

Mais pour le Gra, c’est une  »prétendue prestation de serment sous la protection et le parrainage de nos forces armées ». Le Gra qui s’étendait à une position ferme de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest ( CEDEAO ) est resté sur sa faim. L’institution sous régionale au lieu d’être ferme a préféré une  »déclaration mesurée et limitée ».

 »Le Président a destitué le gouvernement institutionnel et a nommé un autre de sa propre initiative. La Cedeao a été étouffé, l’Union africaine a tâtonné. L’Onu a toujours donné l’air d’être logique et cohérente, ayant exigé le respect de l’ordre constitutionnel et la séparation des pouvoirs, reconnaissant la Cour suprême de justice comme l’organe compétent pour prononcer le verdict final », indique le Gra.

Cependant, le groupe de réflexion et d’analyse regrette l’envahissement du siège de la Cour suprême de justice par des militaires qui ont tout mis sens dessus-dessous et les juges malmenés et menacés. Depuis lors cet organe qui avait joué un rôle important dans le processus est resté muet. C’est la même posture qu’observe d’autres Nations qui se sont plus prononcées sur la situation politique qui règne dans ce pays. Pourtant, d’après le Gra, ces États ont été les premiers à élever la voix pour mettre en garde contre une instabilité dans la sous région. Ce silence subite intrigue les membres du Gra qui se demandent pourquoi ce changement de veste et ce silence.

Même le Président de l’Assemblée nationale a été victime de ces menaces. Ce dernier qui a été investi chez lui a fini par demissionner. Craignant pour sa sécurité et celle de sa famille, il a fini par jeter l’éponge. Le représentant permanent de la Cedeao à Bissau a aussi dû quitter le pays à cause de ces menaces. Avec la pandémie du coronavirus avec des cas enregistrés en Guinée-Bissau, le Gra estime qu’il y a un  »espoir de sortie et un salut possible pour tous ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *