Covid-19 : LE GOUVERNEMENT DE LA GUINÉE BISSAU RÉGLEMENTE L’APPLICATION DE L’ÉTAT D’URGENCE

Le gouvernement de Guinée-Bissau a réglementé la mise en œuvre de l’état d’urgence décrété par le président de la République, Úmaro Sissoco Embaló, en précisant les mesures exceptionnelles et temporaires adoptées pour limiter certains droits, libertés et garanties des citoyens, dans le cadre de la lutte contre la transmission et la propagation de la pandémie de coronavirus (covid-19).

La réglementation est contenue dans le décret gouvernemental n° 07/2020 du 1er avril, publié en fin d’après-midi ce mercredi 1er avril 2020. Le document a été approuvé le 28 mars dernier et promulgué aujourd’hui par le chef de l’État.

Selon le règlement, les personnes infectées par le coronavirus et celles que l’autorité sanitaire a considérées comme suspectées d’être infectées par le Covid-19 resteront obligatoirement en isolement, dans un établissement de santé ou à domicile. Il a été précisé que la violation de l’obligation d’isolement dans les cas précités constituera un crime de désobéissance selon le droit pénal appliqué.

« Les fonctionnaires et agents non essentiels de l’administration publique, en particulier, sont exemptés de leurs services : Les forces de défense et de sécurité, la santé publique, les médias, les services maritimes et aéroportuaires, les carburants et lubrifiants, les banques et les agents diplomatiques et humanitaires », peut-on lire dans le document, qui entre-temps maintient que les fonctionnaires et agents de l’administration publique et privée susmentionnés doivent être dûment accrédités par le ministère de l’Intérieur.

Le décret a limité la circulation des personnes dans les rues et sur les voies publiques sur territόrio nacinal, à l’exception de la période de 7h à 11h pour l’achat et la vente de produits et de biens essentiels. Les restaurants, les pâtisseries et les boulangeries peuvent fonctionner en même temps en mode « prêt à emporter ».

« Tous les défilés, parades, réunions, rassemblements, manifestations publiques et manifestations sur la voie publique de plus de cinq personnes, sans observer une distance d’au moins deux mètres pour éviter d’éventuelles infections », détermine le décret.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *