LE GOUVERNEMENT BISSAUGUINÉEN CONFIRME DEUX CAS DE RESSORTISSANTS ÉTRANGERS INFECTÉS PAR LE CORONAVIRUS

Le Premier ministre bissauguinéen, Nuno Gomes Nabiam, a confirmé l’existence de deux cas de maladie Covid-19 (Coronavirus) qui ont infecté deux citoyens de nationalités étrangères, à savoir un homme d’affaires indien et un haut fonctionnaire des Nations Unies de la République démocratique du Congo.

Le chef du gouvernement a fait cette annonce ce mercredi 25 mars 2020, après l’habituelle audience hebdomadaire avec le président de la République, Úmaro Sissoco Embaló, au Palais de la République.

Nabiam a demandé à la population de ne pas paniquer et que le gouvernement surveille la situation. Il a ajouté que les personnes infectées sont chez elles et suivies par une équipe médicale.

Le lundi 25 mars 2020, le directeur général des services d’épidémiologie et de sécurité sanitaire, Salamão Mário Crima, avait annoncé l’existence de deux cas suspects de la maladie covid-19 (Coronavirus) qui étaient en quarantaine à leur domicile sous la surveillance des autorités compétentes. Les deux cas ont été annoncés aujourd’hui, le 25 mars, comme positifs.

Salamão Mário Crima a déclaré à cette occasion que bien que le gouvernement soit l’exécuteur des politiques de l’Etat, le défi de la lutte contre le Coronavirus ne relève pas seulement de l’exécutif et a souligné que la collaboration de tous les citoyens bissauguinéens serait indispensable.

Il a assuré que le fléau auquel le monde est confronté doit être considéré comme une guerre mondiale, car « le virus s’est maintenant transformé en bombe ».

Il faut rappeler que le nouveau coronavirus, responsable de la pandémie de covid-19, a déjà infecté plus de 400 000 personnes dans le monde, dont environ 18 000 sont décédées. Le continent africain a enregistré 58 décès dus à cette maladie, soit près de 2 000 cas dans 45 pays et territoires, selon les statistiques les plus récentes.

Plusieurs pays ont adopté des mesures exceptionnelles, notamment le régime de quarantaine, l’état d’urgence et la fermeture des frontières, comme la Guinée-Bissau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *