Guinée-Bissau – Domingos Simoes Pereira appelle la communauté internationale à agir avant qu’il ne soit trop tard

La communauté internationale et la CEDEAO doivent prendre des mesures, sans délai, pour rétablir l’ordre constitutionnel en Guinée-Bissau. Sinon, les conséquences pourraient être dangereuses pour toute la région et pour le monde entier – c’est ce que le leader du PAIGC, Domingos Simões Pereira, exprime en lisant la situation politique du pays.

L’intensification de la crise politique en Guinée-Bissau est la résultante de plusieurs facteurs – selon le leader du PAICG, Domingos Simões Pereira. Il cite « les intérêts extérieurs des pays de la région, les facteurs ethniques et tribaux, en plus du trafic de drogue et des questions liées au pétrole ». Le leader du Paigc trouve que c’est un dangereux mélange de facteurs qui pourrait conduire à la déstabilisation de la région et de l’Afrique, si rien n’est fait pour rétablir l’ordre constitutionnel et démocratique dans le pays. Déclaré vaincu à l’issue du second tour de la présidentielle en Guinée Bissau, DSP conteste les résultats et a introduit un recours aux fins d’annulation du scrutin du 29 décembre.

Il considère qu’il y a un recul par rapport au principe de ne pas tolérer les pouvoirs non démocratiques.

Dans une interview à Radio Vatican, Domingos Simões Pereira fait un tour d’horizon complet du paysage politique guinéen actuel, en mettant en évidence plusieurs éléments qui permettent de mieux comprendre cette situation, la stratégie adoptée par le PAIGC en ce moment crucial, et le rôle que l’Église et les autres confessions religieuses peuvent jouer dans un contexte où certains ont tendance à utiliser le facteur religieux pour diviser.

Source: Vatican News.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *