GUINÉE-BISSAU :LE NOUVEAU MINISTRE DES FINANCES RÉVÈLE QU’IL A HÉRITÉ DE DETTES DE 14,4 MILLIARDS DE FRANCS CFA ENVERS DES BANQUES COMMERCIALES

Le nouveau ministre des finances , João Aladje Mamadu Fadia, a révélé ce mardi 10 mars 2020 que son gouvernement avait hérité de dettes envers les banques pour une valeur de 14,4 milliards de francs CFA. En plus de ce montant, le minitre a indiqué qu’il a déjà versé 7,8 milliards de francs CFA en rapport avec les dépenses pour le paiement du salaire de février aux fonctionnaires en retard de paiement.

Aladje Mamadu Fadia s’est exprimée après la visite du Premier ministre Nuno Gomes Nabian au ministère des finances pour comprendre la radiographie économique et financière du pays. Fadia a déclaré qu’il avait reçu l’assurance de Nuno Gomes Nabiam qu’il travaillerait avec les finances publiques et les soutiendrait inconditionnellement lorsqu’il s’agirait d’entrer des recettes dans le Trésor public.

Le titulaire du portefeuille des finances a souligné que la situation actuelle du ministère « est assez préoccupante » étant donné les dettes à court terme envers les banques commerciales de Bissau estimées à 14,4 milliards de francs CFA. Selon le ministre des finances, les dettes sont divisées en deux groupes : le premier est le découvert en compte courant de l’accord signé entre le ministère des finances et les cinq banques commerciales dans la capitale de Bissau, qui s’élève à 6,8 milliards de francs CFA, et l’autre groupe est lié à la dette à court terme, à savoir : la compensation financière pour la pêche d’un montant de 7,6 milliards.

En réaction à ces dettes, João Aladje Mamadu Fadia a fait une comparaison négative entre les finances publiques dont il faisait partie en 2018 et celles d’Aristides Gomes et a rappelé que lorsqu’il a quitté le ministère des finances en avril 2018, le total de toutes les dettes nettes des finances publiques était négatif de 80,7 milliards.

« Les dettes que le ministère des finances doit maintenant payer s’élèvent à 140,3 milliards entre les dettes à court et moyen terme », a-t-il déclaré.

Aladje Mamadu Fadia a noté qu’un grand effort doit être fait pour sauver le pays, en collectant les revenus afin que le pays puisse vivre de ses propres revenus intérieurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *