Guinée-Bissau : La CEDEAO annule une mission d’experts

La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a annoncé aujourd’hui que la mission qui devait arriver en Guinée-Bissau pour aider à résoudre le différend électoral, créé après le second tour des élections présidentielles, a été annulée.

Dans une lettre adressée au ministre de la présidence du Conseil des ministres, Mamadu Serifo Jaquité, du gouvernement de Nuno Nabiam, le représentant de la CEDEAO à Bissau, l’ambassadeur Blaise Diplo-Djomand, déclare que la mission a été annulée.

Le gouvernement de Nuno Nabiam, nommé premier ministre par le président Umaro Sissoco Embaló, a déclaré aujourd’hui que la mission de la CEDEAO n’avait pas été autorisée et qu’Ecomib cesserait ses fonctions.

« Compte tenu de notre Constitution et du traité de l’organisation sous-régionale – la CEDEAO – cette mission n’est pas la bienvenue et nous n’autoriserons aucune délégation sans consultation préalable avec le gouvernement dirigé par Nuno Gomes Nabiam », a déclaré Mamadu Serifo Jaquité, ministre de la Présidence du Conseil des ministres, dans un communiqué.

Il s’agit d’une lettre envoyée par le représentant de la CEDEAO à Bissau a l’ex Premier ministre bissauguinéen, Aristides Gomes, demandant une rencontre avec la mission d’experts constitutionnels de l’organisation qui arrive dans le pays lundi pour aider à résoudre le conflit électoral en cours.

« Il est déjà explicite que, dans les futures missions de la CEDEAO, lorsqu’il s’agit de litiges électoraux, il ne devrait pas faire partie du personnel technique de la Côte d’Ivoire, compte tenu de la position douteuse de ce pays membre par rapport à la situation actuelle en Guinée-Bissau », a-t-il déclaré.

Dans la lettre, le représentant de la CEDEAO à Bissau a également souligné que la mission ne comprenait pas d’experts de Côte d’Ivoire, mais du Bénin, du Mali et du Burkina-Faso.

Dans le communiqué, le gouvernement de Nuno Nabiam a également souligné que la mission de l’Ecomib, la force d’intervention de la CEDEAO déployée dans le pays, se terminera à la fin de ce mois et que des « dispositions » sont prises pour leur séparation, les « organes de souveraineté devant être fournis par les forces de défense et de sécurité » de Guinée-Bissau.

La Guinée-Bissau connaît un nouveau moment de tension politique, après qu’Umaro Sissoco Embaló, désigné comme vainqueur des élections présidentielles par la Commission électorale nationale, a pris ses fonctions de président du pays il y a plus d’une semaine, lorsqu’un recours en contentieux électoral devant la Cour suprême de justice, présenté par le candidat de Domingos Simões Pereira, allègue de graves irrégularités dans le processus.

Après l’investiture, Umaro Sissoco Embaló a limogé Aristides Gomes, qui dirige le gouvernement de la législature et dispose d’une majorité au parlement du pays, et a nommé Nuno Nabian à ce poste.

Le président de l’Assemblée populaire nationale, Ciprinao Cassamá, qui avait pris ses fonctions de président par intérim, sur la base de l’article de la Constitution qui prévoit que la deuxième figure de l’État entre en fonction en cas de vacance du poste de chef de l’État, a démissionné dimanche pour des raisons de sécurité, déclarant avoir reçu des menaces de mort.

Umaro Sissoco Embaló a déclaré qu’il n’y a pas de coup d’Etat en cours dans le pays et qu’aucune restriction n’a été imposée aux droits et libertés des citoyens.

Médiateur de la crise bissauguinéenne, la CEDEAO a une nouvelle fois menacé d’imposer des sanctions à ceux qui violent l’ordre constitutionnel établi en Guinée-Bissau et a accusé les militaires de s’ingérer dans les affaires politiques.

Les Nations unies, l’Union européenne et les Communautés des pays de langue portugaise ont appelé au dialogue et à la résolution de la crise politique sur la base du respect des lois et de la constitution du pays.

Le Conseil de sécurité a également menacé d’imposer des sanctions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *