Guinée Bissau : La mission d’Observation de la CEDEAO constate un faible taux de participation et exhorte les deux candidats à respecter le verdict des urnes.

Le deuxième tour de la présidentielle en Guinée Bissau ne devrait pas afficher un taux de participation satisfaisant. C’est du moins ce que la mission d’Observation de la CEDEAO qui faisait le point sur le scrutin du dimanche 29 décembre a constaté.
Selon les émissaires de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest conduits par l’ancien Premier ministre du Mali, Soumeylou Boubeye Maïga, le taux de participation du deuxième tour pourrait être inférieur à celui du premier tour.
À propos du déroulement du scrutin, la mission d’Observation de la CEDEAO décerne un satisfecit aux organisateurs et estime que les opérations électorales se sont passées « dans un environnement généralement apaisé, dans la transparence et le professionnalisme requis par les standards et normes internationaux ».
La mission exhorte les organes de gestion des élections (OGE) à prendre les dispositions nécessaires pour aborder les phases finales du processus avec équité, ouverture et transparence jusqu’à la proclamation des résultats. La commission nationale électorale (CNE) est invitée à « travailler avec diligence et à accélérer l’action sur le décompte et l’annonce des résultats ».
Dans cet ordre d’idées, la mission d’Observation exhorte les deux candidats, Domingos Simoes Pereira et Umaro Sissoco Embalo à accepter le verdict des urnes.
Les résultats officiels provisoires seront connus ce mercredi, selon la Commission nationale électorale, organe chargé d’organiser les élections en Guinée Bissau.
500 000 dollars pour appuyer la CNE
Au chapitre des engagements, il a été rappelé que la CEDEAO « s’est activement engagée dans l’accompagnement du processus électoral en Guinée Bissau, à travers le bureau de la représentation spéciale à Bissau ».
À cela s’ajoute une aide financière de 500 000 dollars US à la Commission Electorale Nationale (CNE) pour couvrir le déficit financier pour mener à terme le processus électoral. Deux experts ont été nommés pour appuyer techniquement les organisateurs du scrutin.

Source: Dakaractu.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *