Guinée Bissau : Médiateur de la CEDEAO, le président Alpha Condé roule pour le PAIGC

Médiateur de la CEDEAO pour la Guinée Bissau, Alpha Condé conspire dans l’ombre pour permettre au Paigc de remporter la présidentielle. Le chef de l’Etat guinéen  a directement appelé au téléphone le faiseur de roi, Nuno Nubiam, pour empêcher son alliance avec Embalo.
Alors que le leader générationnel Umaro Sissoco Embalo est en passe de décrocher le soutien de Nuno Nabiam, candidat du PRS/APU, arrivé en 3e position à la présidentielle avec 13,16 %, il se passe une conspiration au nez et à la barbe de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Cela, pour empêcher cette alliance et détourner les voix de Nuno vers le candidat du Part africain de l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (Paigc).
Savez-vous qui est le métronome qui tire les ficelles ? Le chef de l’Etat guinéen Alpha Condé. L’homme qui est fortement critiqué dans son pays et à qui on prête l’intention de vouloir cyniquement briguer un 3e mandat. En clair, il nous est revenu que le président Condé a appelé hier, jeudi, au téléphone, Nabiam pour le dissuader de soutenir Embalo, au moment où se tenait une réunion de coordination des forces hostiles au parti historique, le Paigc.
Pour mémoire, au lendemain des Législatives de mars dernier, l’ambassadeur de Conakry accrédité à Bissau avait, discrètement, approché le leader du Parti démocratique de Guinée Bissau, Nuno Nabiam, auquel était dévolu le rôle de faiseur de roi. La manœuvre visait à faire basculer la majorité absolue dans le camp du Paigc. Ainsi, c’est à bord d’un appareil de la compagnie Asky Airlines que les émissaires de Alpha Condé conduiront Nabiam à Conakry. Pour contourner les regards indiscrets à Dakar, le vol passera par Lomé et Bamako. Une fois dans la capitale guinéenne, le pactole de 300 millions de F Cfa sera libéré par Alpha Condé au profit de son hôte, qui rejoindra son pays à bord du jet privé de l’homme fort de Conakry. C’est comme cela que Nuno avait rallié le bloc parlementaire du Paigc, sur pression intense de la Guinée Conakry, dont le mode opératoire n’a pas changé en direction du second tour de la présidentielle bissau-guinéenne
Ce qui précède semble confirmer les récriminations du Mouvement pour l’Alternative Démocratique (Madem-G15), de Umaro Sissoco Embalo, vis-à-vis de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest qu’il tient en suspicion. Comment malgré ce rôle trouble, Alpha Condé peut-il être le médiateur de la CEDEAO pour la Guinée Bissau ?

Le Madem-G15 ne savait pas si bien dire, quand il affirmait que  l’organisation sous-régionale, qui ferme les yeux sur ce qui se passe en Guinée Conakry,  adopte une position préjudiciable à la situation de la Guinée-Bissau.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *