Guinée-Bissau : La Cedeao exige la démission immédiate des membres du gouvernement de Faustino Fudut Imbali

La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a exigé que les personnes qui ont « abusivement » rejoint le « gouvernement illégal » de Faustino Fudut Imbali démissionnent de leurs fonctions, se distançant ainsi de toutes les initiatives visant à compromettre les prochaines élections présidentielles.
L’avertissement de cette organisation sous-régionale a été rendu public par un communiqué de presse  lu à la voix du représentant spécial de la Commission de la CEDEAO à Bissau, Blais Diplo qui, entre-temps, a également donné aux membres du gouvernement de  Faustino Fudut Imbali, nommé par le décret présidentiel n°12/2019, 48 heures pour informer le représentant spécial de la Commission de la CEDEAO à Bissau de ses décisions de démission, sous peine d’être soumis à des  » sanctions sévères et individuelles « , lors du prochain sommet des chefs d’Etat et de gouvernement qui se tiendra après demain à Niamey, capitale du Niger.
Le communiqué  informe également que la Commission a pris en compte les contacts de médiation pris par différentes organisations, notamment les dernières missions du Comité des sanctions de l’ONU et la mission interministérielle de la CEDEAO, qui ont tenté de rechercher un accord entre les acteurs politiques de la Guinée Bissau. Le comité interministériel, à travers ce communiqué, lance le dernier appel à tous les personnes, qui ont abusivement intégré le gouvernement illégal de Faustino Fudut Imbali, à démissionner et aussi à collaborer avec les institutions judiciaires de la Guinée-Bissau.
Il est à noter que le comité interministériel présidé par le ministre nigérian des Affaires étrangères, Kalla Ankourao, qui est également président du Conseil des ministres de la CEDEAO, est également assisté par le ministre d’Etat et secrétaire général de la Présidence de la Guinée-Conakry, Naby Kirirdi Bangoura, président de la Commission CEDEAO, Jean-Claude Kassi Brou, commissaire aux Affaires politiques, à la Paix et à la Sécurité, Francis Behanzin et des responsables généraux du dispositif ECOMIB.
Le comité interministériel a réaffirmé dans le communiqué final distribué aux journalistes dans l’après-midi du dimanche 3 novembre, son plein appui au Premier ministre, Aristides Gomes et à son gouvernement, dont le programme de gouvernance a été approuvé par l’Assemblée nationale populaire, qui, selon l’organisation sous-régionale, confirme le soutien du Parlement bissauguinéen à l’exécutif. La délégation a également exhorté les forces de défense et de sécurité à s’abstenir de prendre manifestement des ordres illégaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *