Guinée-Bissau :La CEDEAO menace d’imposer des sanctions aux politiciens qui perturbent l’élection présidentielle

La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a menacé aujourd’hui d’imposer des sanctions aux politiciens guinéens qui perturbent les élections présidentielles du 24 et a encouragé le Premier ministre Aristides Gomes à continuer à organiser le scrutin.
La CEDEAO menace d’imposer des sanctions aux politiciens qui perturbent la 24ème élection présidentielle en Guinée-Bissau.

Dans une déclaration à l’issue d’une mission ministérielle, l’organisation ouest-africaine a une nouvelle fois souligné son soutien et sa reconnaissance à Aristides Gomes en tant que Premier ministre de Guinée-Bissau, dont le gouvernement, a-t-il dit, a fait approuver le programme par le Parlement du pays.

« La mission réaffirme son plein soutien au Premier ministre Aristides Gomes, qui a vu le programme de son gouvernement approuvé par l’Assemblée nationale populaire le 15 octobre, confirmant ainsi la confiance et le soutien du Parlement au gouvernement « , a déclaré le président de la commission de la CEDEAO, Jean Kassi Brou, en lisant la déclaration finale de la mission.

La mission a également réitéré le « caractère illégal » du décret du Président José Mário Vaz du 29 octobre, dans lequel il a limogé le gouvernement d’Aristides Gomes et nommé Faustino Imbali comme nouveau Premier ministre le jour suivant.

La mission ministérielle de la CEDEAO a de nouveau souligné que l’organisation pourrait imposer des sanctions individuelles à ceux qui tentent de perturber les élections du 24 avril.

L’organisation encourage le gouvernement d’Aristides Gomes à intensifier la lutte contre le trafic de stupéfiants, qui  » continue de menacer la sécurité et la stabilité de la Guinée-Bissau et de toute la sous-région « .

Dans le communiqué, la CEDEAO salue le début de la campagne électorale de samedi et appelle les 12 candidats à « concourir dans un esprit positif, sans violence », confirmant sa décision d’envoyer 70 observateurs électoraux, dans le but de contribuer à « une transparence et une crédibilité accrues » du processus.

Le comité ministériel se félicite également du soutien de l’Union africaine, de l’Union européenne, des Nations Unies (ONU), de la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP) et de l’Angola, du Portugal, de l’Espagne et des Etats-Unis à la  » position de la CEDEAO par rapport au gouvernement légitime de la Guinée-Bissau « .

La mission de la CEDEAO a également félicité le  » professionnalisme  » d’Ecomib – la force d’intervention de cette organisation en Guinée-Bissau depuis un coup d’Etat militaire en 2012 – et la  » neutralité  » dont font preuve les forces armées de Guinée-Bissau.

La mission précède un sommet extraordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement de l’organisation, qui se tiendra vendredi au Niger pour traiter spécifiquement de la crise politique en Guinée-Bissau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *