Les élections présidentielles en Guinée Bissau ont coûté 5,9 millions d’euros – Gouvernement

Odete Semedo, ministre responsable de la gestion électorale, a déclaré aujourd’hui à Lusa que les élections présidentielles du 24 novembre en Guinée-Bissau devraient coûter environ 5,9 millions d’euros, après un processus de réduction décidé par le ministère des Finances.

Le budget initial était d’environ 5,7 milliards de francs CFA (environ 8,7 millions d’euros), a déclaré le ministre de l’Administration territoriale et de l’Administration électorale.

Ce montant comprend les dépenses et les dettes présentées par plusieurs entités qui participent au processus, dont le ministère public, le ministère de la Justice, la Commission électorale nationale (CNE), les forces de défense et de sécurité, le Bureau technique d’appui au processus électoral (GTAPE) et le ministère de l’Administration territoriale et de la gestion électorale lui-même.

Un arbitrage du ministère des Finances a conclu que le budget de l’élection présidentielle du 24 novembre devrait être limité à environ 5,9 millions d’euros, y compris les dettes contractées auprès des prestataires de services dans la législation du 10 mars dernier.

Selon la ministre Odete Semedo, les partenaires internationaux, qui financeront une partie du budget électoral, ont « déclaré catégoriquement » qu’ils ne prendraient pas en charge les dettes et « rapidement et de manière responsable le gouvernement s’est engagé à les rembourser ».

Cependant, elle a expliqué que les dettes avec les fournisseurs, actuellement estimées à environ 900 millions de francs CFA (environ 1,3 million d’euros), ne seront pas payées tant qu’elles n’auront pas été auditées.

Sur le montant global prévu pour les élections présidentielles, le gouvernement guinéen « finance déjà les dépenses primaires » et le Portugal a déjà proposé de fournir du matériel électoral, qui devrait être inclus dans le budget, explique Odete Semedo.

« Tout est sur la bonne voie et nous allons de l’avant, le 24 novembre n’est pas un échec « , a déclaré le ministre qui croit qu’il y aura de l’argent pour organiser et tenir les élections.

Source:LUSA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *