Un journaliste bissauguinéen souhaite un partage équitable des eaux du fleuve avec le Sénégal

La journaliste bissauguinéenne de CNN et fondatrice de Radio Gumbé, veut partager les eaux équitables des fleuves de Guinée Bissau et du Sénégal .

Le journaliste de CNN, Umaro Djau, a envoyé une lettre au président sénégalais Macky Sall pour mettre en garde contre les effets des barrages sénégalais Niandouba et Anambé construits au confluent des rivières Kayanga et Anambé, qui ont entraîné une réduction drastique du débit du fleuve Geba et ses tributaires et privé le pays de précieuses ressources hydrauliques depuis 1984.

Les populations de trois régions frontalières du Sénégal ont longtemps déploré les pénuries d’eau.

Umaro Djau, un journaliste bissauguinéen travaillant pour CNN, la chaîne américaine, a décidé d’envoyer une lettre ouverte au Président Macky Sall du Sénégal.

Dans cette lettre, Umaro Djau prend en main les préoccupations des populations de Bafatá et Gabú, à l’est, et d’Oio, au nord de la Guinée-Bissau, pour informer Macky Sall que le Sénégal doit adopter une approche différente de la gestion de l’eau des rivières qui se jettent dans les deux pays.

Umaro Djau dit que la construction de deux barrages au Sénégal a empêché l’écoulement de grandes quantités d’eau dans les affluents de trois rivières importantes du côté bissauguinéen.

Le journaliste, qui est également le fondateur de Radio Gumbé online, affirme que la situation touche directement environ un demi-million de personnes dans les trois régions de la Guinée Bissau.

L’agriculture, la pêche, le pastoralisme et la chasse en sont les effets immédiats.

Umaro Djau, qui souhaite rencontrer personnellement le président Macky Sall, propose une solution à un problème qui existe depuis 1984, la gestion partagée et équitable des eaux des fleuves qui bordent le Sénégal et la Guinée-Bissau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *