GUINÉ-BISSAU :MADEM-G15 DEMANDE UN NOUVEAU RECENSEMENT DES POUR LES ÉLECTIONS PRÉSIDENTIELLES

Le Mouvement pour l’alternance et démocratique  de la Guinée-Bissau (Madem-G15) a préconisé aujourd’hui la tenue d’un nouveau recensement pour les élections présidentielles de novembre ou la création d’une structure chargée de superviser le processus d’actualisation des données.

« Madem-G15 défend un nouveau recensement, prenant en compte toutes les anomalies enregistrées lors du recensement pour les législatives, prenant en compte qu’il y a eu un refus du droit des citoyens, prenant en compte que le recensement est considéré comme biométrique mais que des milliers de personnes sont restées sans données biométriques, prenant en compte que beaucoup se sont vu refuser le droit de vote et l’inscription, » a dit le secrétaire général du parti Djibril Baldé.

Pour le chef du parti, « tout cela (…) justifie la nécessité d’un nouveau recensement ».

Djibril Baldé s’est entretenu avec des journalistes à l’issue d’une réunion avec le président de la Commission électorale nationale, José Pedro Sambú, soulignant que le parti est ouvert, par consensus, à trouver une solution, mais qu’il inclut toujours la nécessité d’enregistrer ceux qui n’ont pas été enregistrés, de considérer l’enregistrement des citoyens qui ont 18 ans depuis le dernier recensement et de consolider les données biométriques.

« Nous voulons un recensement propre et pour être propres, il faut qu’il y ait un organe, et non le gouvernement, pour superviser ce processus », a-t-il dit, proposant la création d’une structure de supervision et de direction composée d’éléments du gouvernement, de la Commission électorale nationale, des partis politiques, des candidats aux élections présidentielles, de la société civile et de la communauté internationale.

La Guinée-Bissau organise des élections présidentielles le 24 novembre et le gouvernement présente vendredi son Plan opérationnel pour la consolidation du registre électoral.

Dans un décret publié mardi, la Commission électorale nationale a informé les électeurs qu’entre le 17 août et le 15 septembre, des corrections seront apportées aux omissions sur les listes électorales.

« La Guinée-Bissau ne devrait pas courir ce risque. Ces élections sont très délicates et très responsables et nous devrions tous nous efforcer de tenir des élections propres, afin que ceux qui gagnent sachent qu’ils ont gagné et que ceux qui perdent savent qu’ils ont perdu « , a déclaré le secrétaire général du Madem-G15.

Le processus d’inscription des électeurs pour les élections législatives du 10 mars a été très controversé, plusieurs partis politiques, dont le Madem-G15, accusant le gouvernement d’irrégularités tout au long du processus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *