Guiné-Bissau : ANPTDGB honore la presse bissauguinéen

Le Président de l’Association nationale pour la protection des travailleurs domestiques de Guinée-Bissau (ANPTDGB) a remis aujourd’hui un « Certificat de mérite » à l’Agence de presse de Guinée (ANG), pour la couverture et la diffusion des informations relatives au travail de l’association.

Sene Bacai Cassamá a déclaré à ANG que la reconnaissance d’ANG a été faite dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale des travailleurs domestiques, célébrée le 16 juillet.

Outre l’ANG, l’association des travailleurs domestiques a également honoré RTP Africa, Agência Lusa, le journal O Democrata (JD), Rádio Capital (CFM), Rádio Bombolom FM (BFM), Rádio Difusão Nacional (RDN), Rádio Macaré (RM) et Televisão da Guiné-Bissau (TGB).

« La Journée mondiale des travailleurs domestiques n’est pas passée inaperçue en Guinée-Bissau parce que notre association a promu un événement sous le slogan « Reconnaître le rôle de certains médias, en tant que partenaires de l’Association, dans la promotion des droits des travailleurs domestiques », a-t-il expliqué.

Il a dit qu’ANG n’était pas présent à l’événement, c’est pourquoi il a décidé de remettre le Certificat de Mérite » au Directeur Général d’ANG, Salvador Gomes, dans son bureau de travail.

Sene Bacai Cassamá, a déclaré dans l’acte de célébration de l’anniversaire que 2018 a été marquée par le record de nombreux crimes contre les travailleurs domestiques.

« Nous avons reçu des plaintes concernant plusieurs cas de brûlures contre nos membres, dont l’un a été coupé par son employeur, en plus de nombreux actes de discrimination et de viols « , a-t-il dit.

A la question de savoir si les autorités compétentes du pays ont collaboré avec l’Association nationale pour la protection des travailleurs domestiques pour mettre fin aux violations des droits des travailleurs domestiques, il a répondu que les efforts qu’elles ont déployés pour travailler côte à côte avec les autorités guinéennes n’ont pas eu les effets souhaités, « par manque de volonté ».

« Nous fonctionnons sans aucun type de financement ou de soutien de la part du gouvernement. J’ai été la cible de quelques tentatives de subordination pour abandonner certaines des affaires que nous défendons. D’un autre côté, j’ai déjà reçu des menaces téléphoniques. Cependant, mon objectif et celui de mon équipe en général est de lutter pour défendre les droits des travailleurs domestiques », a-t-il déclaré.

L’Association nationale pour la protection des travailleurs domestiques (ANPTD), fondée le 27 décembre 2014, compte déjà plus de quatre mille membres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *