Le travail a commencé avec le gouvernement pour reconfigurer la présence de l’ONU en Guinée-Bissau.

Suite à la résolution 2458 du Conseil de sécurité des Nations unies, le Bureau intégré des Nations unies pour la consolidation de la paix en Guinée-Bissau (BINUGBIS) a déjà commencé à travailler avec le gouvernement pour planifier sa transition et sa fermeture en décembre 2020.

Le 28 février 2019, le Conseil de sécurité des Nations Unies a chargé le BINUGBIS de se concentrer sur trois grandes priorités : le soutien aux élections, le soutien à la réforme constitutionnelle et le soutien à la lutte contre le trafic de drogues et la criminalité organisée.

En outre, considérant que la lutte contre les causes profondes de l’instabilité en Guinée-Bissau exige des interventions à long terme et un leadership politique national, elle a demandé à la mission de préparer sa transition en trois phases : b) Phase 2 : Phase postélectorale : concentrer les efforts des Nations Unies sur l’appui à la mise en œuvre intégrale des aspects résiduels de l’Accord de Conakry et de la Feuille de route de la CEDEAO et des réformes essentielles, et lancer une phase de planification du processus de transition de la présence des Nations Unies, avec le gouvernement et les autres partenaires concernés ; et c) Phase 3 : Transition et retrait du Bureau intégré, commençant en 2020 après l’élection présidentielle.

En conséquence, et suivant les directives du Secrétaire général de l’ONU, le BINUGBIS et l’équipe de pays des Nations Unies ont commencé à travailler avec le Gouvernement pour actualiser l’analyse des causes de l’instabilité en Guinée-Bissau, évaluer les déficits de capacités du Gouvernement et recenser les interventions des autres partenaires. Sur cette base, la famille des Nations Unies en Guinée-Bissau identifiera les principales interventions à court, moyen et long terme et esquissera un plan de transition qui permettra une sortie en douceur de la mission et assurera un soutien efficace au pays par l’ONU et les autres partenaires multilatéraux et bilatéraux.

Pendant la transition, le BINUGBIS fournira un appui technique aux institutions publiques.

Cette transition s’inscrit également dans le contexte de la réforme du système des Nations Unies, qui vise à établir une présence plus intégrée et mieux coordonnée des Nations Unies dans les pays.

Source : BINUGBIS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *