Cap-Vert : Lancement d’une pétition pour le respect de l’Etat laïque et contre les privilèges de l’Eglise catholique

L’annonce par le Gouvernement de l’introduction de l’éducation morale et de la religion catholique dans les écoles publiques au cours de l’année scolaire 2019/20 a conduit les défenseurs de l’État laïque et des courants religieux non catholiques à protester contre la mesure qu’ils considèrent inconstitutionnelle et qui est discriminatoire à l’égard des autres religions. Symboliquement, les critiques ont lancé une pétition en ligne, dans le but de médiatiser la question et de présenter leurs arguments.

La pétition intitulée « Fin des privilèges religieux au Cap-Vert et respect de la laïcité dans l’enseignement public », rappelle que « la Constitution de la République du Cap-Vert, dans son article 49 :  »3. Les Églises et les autres communautés religieuses sont séparées de l’État et sont indépendantes et libres dans l’organisation et l’exercice de leurs propres activités, étant considérées comme des partenaires dans la promotion du développement social et spirituel du peuple cap-verdien. (4) La liberté de l’enseignement religieux est garantie. En d’autres termes, l’État est laïque – il préserve et valorise la diversité religieuse dans sa société. Toutefois, parce qu’il n’a pas de religion officielle, l’État démocratique de droit comporte des limites établies par la Constitution elle-même, dont l’actuelle à l’article 50 : « c) l’interdiction pour l’État de programmer l’éducation et l’enseignement selon toute orientation philosophique, esthétique, politique, idéologique ou religieuse ; d) l’interdiction de l’enseignement confessionnel public ».

« Au Cap-Vert, l’enseignement religieux dans les écoles publiques est confondu avec l’enseignement confessionnel, qui est limité à la sphère privée. En même temps que l’État laïque protège toutes les confessions religieuses, il doit être neutre, laisser la religion dans le domaine privé et limiter l’enseignement religieux public aux aspects historiques, philosophiques et culturels des différentes croyances. Pire encore, ils veulent mélanger l’enseignement civique et moral avec la catéchèse « , affirme la pétition.

Le promoteur de la pétition écrit que « cet enseignement ne doit pas, en soi, s’insérer dans une dénomination quelconque » et qu’il entend, par son initiative, « la séparation pratique entre l’État et l’Église ; la fin des privilèges et des préférences de l’État envers une certaine dénomination ; l’appréciation de la constitutionnalité de l’enseignement confessionnel, qui intégrera la discipline d’enseignement moral et religieux catholique (EMRC) aux écoles publiques » ; séparation et différenciation de l’éducation morale et civique de l’éducation confessionnelle ; positionnement des entités scolaires et des enfants et des autres parties responsables et intéressées ; intérêt du gouvernement pour l’éducation morale des autres confessions religieuses présentes dans le pays, si l’éducation devient définitivement confessionnelle « .

Source : e-Global News en portugais

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *