Guiné-Bissau : Le système de santé est « totalement silencieux » sur la situation des personnes handicapées

Le même rapport, résultat d’une évaluation menée pendant trois mois, considère que le système de santé est « totalement déficient » par rapport à la situation des personnes handicapées et ne crée pas les conditions d’accessibilité pour les personnes handicapées en fonction de leurs besoins.

« Les stratégies sectorielles ne tiennent pas compte de la nécessité d’adopter des services inclusifs. Aucun des programmes actuels n’a de stratégie visant à mieux intégrer ces personnes dans le système national de santé publique.

En ce sens, le rapport recommande de repenser le système national de santé publique du pays afin de permettre une  » approche plus holistique et plus ciblée de l’amélioration des services dans leur ensemble  » et de réfléchir à des changements structurels profonds du système, en vue de produire un impact plus important et d’améliorer les services fournis en général.

Il préconise également la création des conditions d’une table ronde de mobilisation de fonds pour le secteur de la santé, qui devrait être la source de financement, dans laquelle les partenaires financiers intéressés par le financement des activités dans le secteur de la santé devraient prendre en compte les priorités techniques fixées.

« Les ressources levées devraient être gérées par une équipe spécialisée dans les questions de santé publique, en vue de mettre en œuvre les mesures définies comme prioritaires pour le secteur. Préparer la loi organique du ministère et des autres institutions du secteur. Un cadre institutionnel rigide aiderait à prévenir les changements cycliques et à renforcer les institutions, les rendant moins vulnérables aux interférences politiques et aux conflits de compétences « , dit-il.

Le rapport recommande également l’adoption d’un modèle de responsabilité publique qui permette de transmettre  » une plus grande transparence dans la gestion et la mise en œuvre des programmes « , de diffuser l’information, de rendre les données disponibles et de promouvoir une culture de transparence dans les dépenses publiques, soulignant que  » ces prémisses sont extrêmement nécessaires pour combattre le niveau élevé de corruption et de recouvrement illicite « .

« Adopter des mesures visant à une redistribution équitable des ressources humaines dans le domaine de la santé en termes géographiques, afin de surmonter le manque de ressources humaines qualifiées dans les régions et localités les plus éloignées. Réévaluer l’adéquation des infrastructures sanitaires au regard des conditions climatiques et endogènes du pays, de manière à permettre la mise en place d’installations à plus grande capacité de ventilation et d’éclairage qui soient réellement fonctionnelles et efficaces pour servir la population. Leur fournir les moyens nécessaires (ressources humaines et équipements) pour leur fonctionnement en fonction de leur caractérisation « , a-t-il insisté, et  » plaider pour que le gouvernement mette à leur disposition une allocation plus importante dans le budget général de l’Etat pour le secteur de la santé « .

Source : e-Global News en portugais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *