Crise politique en Guinée-Bissau:Le Vice-coordonnateur du Madem-G 15 accuse le chef du PAIGC

Luìs Oliveira Sanca, vice-coordinateur du Mouvement pour l’alternance démocratique (MADEM-G15), a accusé ce jeudi 6 juin 2019 le chef du Parti africain de l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC), Domingos Simões  Pereira, de « désorganiser et de déranger dans l’Etat de Guinée-Bissau ».
 Luís Oliveira Sanca inculpé dans l’espace devant le conseil municipal de Bissau après la manifestation de militants et de sympathisants du Mouvement pour l’alternance démocratique MADEM-G15 et du Parti de la rénovation sociale (PRS) et de deux autres mouvements soutenant JOMAV et Botche Candé  , qui a débuté dans l’espace vert du Bairro de Ajuda à Bissau.
 Dans son discours à des milliers de militants, sympathisants et sympathisants des deux partis, il a déclaré qu’une personne ayant une formation solide pour diriger le pays ne peut se comporter comme un dirigeant actuel du PAIGC par rapport à son pays.
À cet égard, Oliveira Sanca a exhorté le chef de l’État bissauguinéen, José Mario Vaz, à continuer à prendre sérieusement position en tant que premier magistrat du pays au sujet de la situation politique actuelle dans le pays, à ne pas céder à la pression pour nommer le nouveau  Premier ministre et beaucoup moins de formation du nouveau gouvernement, jusqu’à l’élection du conseil d’administration de la PNA.
 « Nous souhaitons la bienvenue à tous les partis politiques légalisés du pays qui luttent pour la reconstruction de la République de Guinée-Bissau, en particulier à notre allié, le Parti du renouveau social, pour que nous continuions à être unis pour toujours.  Nous souhaitons saluer les organisations internationales du pays, témoins de tout ce qui s’est passé pendant cinq ans en Guinée-Bissau « , a-t-il souligné.
 De son côté, Jorge Malú, vice-président du Parti du renouveau social (PRS), a annoncé que le Parti du renouveau social (PRS) et le Mouvement pour l’alternance démocratique MADEM-G15 ne permettront pas une formation politique avec 46% des voix.  d’occuper 80% des sièges de la table de l’Assemblée nationale populaire.
 « Nous sommes ici dans cette manifestation organisée par les deux partis de l’opposition pour aider à interpréter clairement ce qu’est la démocratie, car le PAIGC et ses alliés ont des difficultés à interpréter la démocratie d’une manière qui empêche les citoyens de se transformer. »  table de l’Assemblée populaire nationale dans un « Mandjuandadi di Lobos ».  Par conséquent, la loi est très claire à ce sujet « , a-t-il déclaré.
 Le chef des rénovateurs a encouragé les forces de défense et de sécurité du pays en raison de l’esprit républicain manifesté tout au long de la crise qui a duré plus de quatre ans, sans toutefois accepter les provocations des hommes politiques, c’est-à-dire les empêcher d’ouvrir les ailes.
 « Je tiens donc à vous informer que nous continuerons d’exiger que MADEM prenne sa place, comme il se doit, à travers le nom indiqué par le Mouvement, et exige également le retour du poste de premier secrétaire du PRS, le troisième plus voté », a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *