Augusto Mendes Pereira « Nous avons des difficultés pour que des navires pétroliers arrives dans nos ports »

Augusto Mendes Pereira, conseiller du ministre de l’Énergie, a reconnu ce vendredi que la Guinée-Bissau était confrontée à d’énormes difficultés en ce qui concerne les signaux permettant un mouillage sûr des navires pétroliers dans les ports de Bissau fait qui a obligé le gouvernement à recourir récemment par la voie terrestre pour importer le carburant.

Explication donnée en marge de la clôture de l’atelier national du projet régional d’amélioration et de sécurité de l’approvisionnement en hydrocarbures dans la région de l’Union économique et monétaire de l’Afrique de l’Ouest (UEMOA). La réunion qui a clôturé ses travaux de deux jours (23 et 24) a été promue par le gouvernement par l’intermédiaire du directeur général de la Société nationale d’exploration et d’exploration pétrolière PETROGUIN-EP, avec le soutien financier de l’UEMOA.

Dans une déclaration aux journalistes, Augusto Mendes Pereira garantit que le gouvernement s’emploie à surmonter les difficultés liées aux signes d’accostage sûr des cargaisons de pétrole.

« Comme on peut le calculer, si le pétrole n’est pas déversé dans notre pays, c’est-à-dire qu’il provient des pays voisins, il peut réellement augmenter la matière première essentielle au développement d’un pays. Le pays est confronté à des difficultés budgétaires, mais cela n’empêche pas les efforts et même les ressources de nos partenaires de développement « , a-t-il reconnu.

À l’heure actuelle, le pays importe une grande partie du combustible par voie terrestre en raison des difficultés des infrastructures portuaires, une situation qui, selon le conseiller économique du ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, inquiète le gouvernement, qui est en train de développer des travaux en ce sens.

Selon Augusto Mendes Pereira, les autorités nationales poussent actuellement des mécanismes pour que le pays dispose de suffisamment de dépôts pour assurer un approvisionnement normal au niveau de l’ensemble du pays et garantit, toutefois, que toutes les recommandations de la réunion de Bissau seront référées au gouvernement pour leur appréciation parce qu’ils engagent le pays.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *